Artistes

Fabio Maria Capitanucci

baryton

Fabio Maria Capitanucci remporte en 1998, à 23 ans, le Concours du Teatro Lirico de Spolète avant d’intégrer l’Accademia di Perfezionamento de La Scala où il obtient, en 2002, le Prix Renato Bruson.

Régulièrement invité à La Scala, il y débute les rôles de Marcello (La Bohème), Cavaliere Belfiore (Un Giorno di Regno), Sharpless (Madame Butterfly) et Guglielmo (Così fan Tutte), Lescaut (Manon).

Fabio Maria Capitanucci chante parallèlement dans de nombreux théâtres internationaux : L’Elisir d’Amore (Belcore) à Frankfurt, Florence, Valencia, Rome et Munich, Le Nozze di Figaro (rôle-titre) à Palerme (Conte) à Turin, Dresde et Madrid, La Bohème (Marcello) à Gênes, Dresde, Madrid, Vérone, Lausanne, Turin, Atlanta ainsi que pour ces débuts au MET en 2011, Il Barbiere di Siviglia (rôle-titre), Madame Butterfly (Sharpless), Falstaff (Ford) et La Cenerentola (Dandini) à Dresde, Candide (Maximilian) à Gênes, Roberto Devereux à Pamplona, Così fan tutte (Guglielmo) à Hambourg et Gênes, Falstaff (Ford) à Vienne et à Monte-Carlo aux côtés de B. Terfel, La Cenerentola (Dandini) à Barcelone, Don Pasquale (Malatesta) au Florida Grand Opera di Miami et Florence, Arrighetto (Corrado), La Cambiale di Matrimonio (Slook) ainsi que Edipo Coloneo au Rossini Opera Festival de Pesaro, Il Viaggio a Reims (Don Alvaro) à la Scala, I Puritani à Madrid, Il Barbiere di Siviglia à Palerme, La Traviata et Lucia di Lammermoor à Turin.

Il débute en France en 2007 à l’Opéra de Marseille dans Lucia de Lammermoor (Henri Ashton), suivi de Pirata en 2008.

Cette saison, on l’entendra dans La Traviata au Staatsoper de Vienne et à Munich, Roberto Devereux à Marseille (version concert) et Munich, Linda di Chamounix et Madame Butterfly à Barcelone, Il Barbiere di Siviglia à Munich, Les Troyens, Le Nozze di Figaro et La Bohème à la Scala de Milan, La Bohème, Les Troyens et L’Elisir d’Amore au Covent Garden de Londres, Lucia di Lammermoor à Milan, Munich et au MET, Falstaff à Milan et San Francisco, avant de débuter à l’Opéra National de Paris en 2014/2015.

Fabio Maria Capitanucci a enregistré chez Emi Madame Butterfly (Sharpless) sous la direction d’A. Pappano, Gina (Uberto) de Cilea chez Bongiovanni, La Bohème chez Opus Arte, La Cambiale di Matrimonio (Slook) chez Stradivarius, I Medici (Poliziano) de Leoncavallo et Fedora (De Sirieux) chez Deutsche Grammophon.

A Sanxay :
La Traviata (Giorgio Germont) en 2012

site internet : http://www.fabiocapitanucci.com

Florian Sempey

baryton

Florian Sempey débute ses études musicales avec l'apprentissage du piano puis vient au chant en entrant dans la classe de Françoise Detchnenique au conservatoire de Libourne tout en y poursuivant le piano avec Alain Perez. Trois ans plus tard, il quitte Libourne avec son diplôme de fin de cycle et une place de finaliste au concours de chant lyrique des Amis du Grand Théâtre de Bordeaux. En 2007, il intègre le conservatoire  de Bordeaux dans la classe de Maryse Castets. Il participera, à cette occasion, à de nombreux projets et masters class (François Leroux, Roland Mancini, Sophie Landy, Michel Laplénie...).

Il remporte l'année suivante le premier prix Opéra ainsi que le prix du public du concours de chant des amis du Grand Théatre Opéra national de Bordeaux. Il sera également par la suite finaliste du concours S’sentiels de Nantes en 2009 et demi-finaliste du Concours international de l’Opéra de Marseille sous la présidence de Rolando Villazón. En 2011, il intègre le Centre de Formation pour jeunes artistes lyriques de l’opéra de Paris.

Il fait ses débuts sur la scène de l'Opéra de Bordeaux en janvier 2010 dans le rôle de Papageno, et quelques mois plus tard dans le rôle de Moralès (Carmen).  Il y reviendra ensuite régulièrement : pour un récital avec la pianiste Martine Marcuz, pour interpréter Yamadori dans Madame Butterfly ou encore en tant que soliste dans Carmina Burana.

Tout dernièrement, on a pu l’entendre dans le rôle de Figaro (Le Barbier de Séville) à Bordeaux et Saint-Etienne, Marullo (Rigoletto) à l’opéra national de Paris, Enée (Didon et Enée) à Compiègne et Bordeaux.

Il a été nominé dans la catégorie « révélations lyriques » de l’édition 2013 des victoires de la musique. Le public bordelais le retrouvera très prochainement à l’opéra de Bordeaux pour une reprise de la Flûte enchantée (rôle de Papageno).

A Sanxay :
La Traviata (Le Baron Douphol) en 2012
Carmen (Morales) en 2011
Madame Butterfly (Le Prince Yamadori) en 2013

Jean-Marie Delpas

baryton/basse

Jean-Marie Delpas a fait ses débuts en 1986 au Théâtre de Nîmes dans Faust. Les qualités de sa voix se révèlent très vite et il se voit invité sur la plupart des grandes scènes lyriques françaises : Don Carlos à l'Opéra de Marseille et à Montpellier, Un Ballo in Maschera  aux côtés de Teresa Zylis Gara à Toulon, Carmen à Lille…

Il chante sous la direction de grands chefs d'orchestre : Alain Guingal, Gian Franco Rivoli, Paul Ethuin, Thomas Fulton.  Au cours de ces dernières années, il interprète entre autres, La Traviata au Festival de Saint Céré, Il Trovatore  aux Chorégies d'Orange.

Par la suite, il est engagé notamment dans Roméo et Juliette (Mercutio), puis est remarqué dans des œuvres telles que OtelloToscaLa GiocondaLes Pêcheurs de Perles, La Bohème… Il interprète le rôle d’Amonasro dans Aïda (Dijon), Frédéric de Lakmé au Festival Alfredo Krauss (Las Palmas).

L'Opéra de Toulon l'a accueilli dans ErnaniCarmenAdrienne Le couvreur, Les Puritains et Hérodiade. Toujours à Toulon, on a pu l’entendre dans L’Etoile de Chabrier, CarmenUn Bal Masqué, Un de la Canebière et La Flûte Enchantée.

Il a chanté dans Madama Butterfly à Metz, La Force du Destin et La Fille de Madame Angot à Avignon, La Traviata à Massy et Metz, Manon à Düsseldorf et au Deutsche Oper de Berlin, Rigoletto à Massy, La Vie Parisienne à Limoges et un Mandarin/Turandot à Toulon où il a également interprété Maître Ambroise/Mireille et la saison dernière dans Douphol/La Traviata. Plus récemmentil a chanté dans La Belle Hélène et Rigoletto à Metz, Andrea Chénier et La Fanciulla del West à Limoges.

Parmi ses projets, Garopoulof (Un de la Canebière) à Toulon puis le baron Douphol (La Traviata) à Avignon,

A Sanxay :
La Traviata (Docteur Granvil) en 2012
Carmen (Zuniga) en 2011

Ronan Nédélec

baryton/basse

Ronan Nédélec étudie le chant au CNSM de Paris dans les classes de Rachel Yakar et Peggy Bouveret et obtient son diplôme en 2000. Il se perfectionne auprès de Ruben Lifschitz pour le Lied et la mélodie.

Il se produit alors rapidement sur scène, notamment dans Samson (Haendel) au Festival d’Ambronay, puis dans des œuvres telles que Don Giovanni, La Flûte enchantée, Carmen, Les Brigands (Offenbach), Werther, Faust, Madame Butterfly, La Bohême ou encore L’enfant et les sortilèges dans les opéras de Tours, Rennes, Lille, Montpellier, Caen, Limoges, l’Opéra-Comique et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Festival Radio-France…

Il est invité dans de nombreux festivals en France et à l’étranger, et compte plusieurs enregistrements.

En 2002, il est le Garde-chasse dans La petite renarde rusée (Janacek) au Festival d’Aix-en-Provence, où il est de nouveau convié, ainsi qu’à Luxembourg et Vienne, pour Les tréteaux de Maître Pierre (Falla) et Renard (Stravinsky) avec Pierre Boulez et Klaus Michael Grüber.

Il crée ensuite le rôle-titre du Luthier de Venise de Gualtiero Dazzi au Théâtre du Châtelet et chante Zurga dans Les Pêcheurs de perles à Tours.

On peut l’entendre sur scène et en concert dans un très vaste répertoire sous la direction de chefs renommés comme John Nelson, Jean-Claude Casadesus, Alain Altinoglu, Jean-Yves Ossonce, Mikko Franck, Susanna Mälkki, Ton Koopman, Hervé Niquet, Gérard Lesne, Reinhard Goebel, Christopher Hogwood…

Plus récemment, il s’est produit dans Otello (Verdi) à Reims, Neues vom Tage (Hindemith) à Dijon, Le Téléphone/Amelia al ballo (Menotti), Dialogues des Carmélites, Tosca, Fidelio et Faust à Tours.

Ronan Nédélec vient de faire ses débuts à la Scala de Milan dans Roméo et Juliette avec Yannick Nézet-Séguin et Bartlett Sher.

Parmi ses projets, citons Orfeo (Apollon) de Monteverdi à Versailles, et Fairy Queen de Purcell à Lyon avec Sébastien d’Hérin et « Les Nouveaux Caractères », la Bohème à Tours…

A Sanxay :
La Traviata (Marquis d’Obigny) en 2012
Turandot (L'Empereur Altoum) en 2015

Philippe Duminy

baryton

Né à Boulogne, il obtient le premier prix du CNSM de Paris. Rolf Liebermann l’engage à l’Opéra de Paris où il chante des rôles tels que Figaro (Il Barbiere di Siviglia), Schaundart (La Bohème), Lescaut (Manon Lescaut), Masetto (Don Giovanni), Papageno (Die Zauberflöte), Mercutio (Roméo et Juliette), Oreste (Iphigénie en Tauride), Achillas (Giulio Cesare), La Damnation de Faust… Parallèlement, il se produit sur de nombreuses scènes françaises et européennes où il chante des rôles tels que Sancho (Don Quichotte), Luna (Il Trovatore), Cedric (Ivanhoé), Ottokar (Der Freischütz).

En 1991, il fait ses débuts au Festival de Bregenz dans Escamillo de Carmen. Il est choisi par Robert Wilson pour le rôle de Papageno à l’Opéra de Paris et interprète le rôle-titre de Rigoletto aux côtés d’Alfredo Kraus pour l’inauguration du Teatro de la Maestranza de Séville. Puis il interprète Il Barbiere di Siviglia au Palais Garnier, Valentin (Faust) à l’Opéra Bastille, Le Roi Claudius (Hamlet) à Monte-Carlo, Rigoletto, Germont (La Traviata) à Sassari, Novara, Tours et Limoges, Oreste (Iphigénie en Tauride) au Megaron d’Athènes et avec le Israeli Chamber Orchestra à Tel Aviv, Luna, Renato (Un Ballo in Maschera), Posa (Don Carlo), Il Barbiere di Siviglia, Scarpia (Tosca) et Tonio (I Pagliacci) en France et en Italie.

En 1998-1999, il fait ses débuts à l’Opéra de Zurich, où il chante Don Andres de Ribeira dans La Périchole, le rôle-titre de Don Pasquale, De Siriex (Fedora) et Napoléon (Madame Sans-Gêne). Il est l’interprète du rôle-titre de la création d’Un Tango pour Monsieur Lautrec à l’Opéra de Nancy. Depuis l’an 2000, il s’est notamment produit dans ToscaCarmen et Les Contes d’Hoffmann aux Chorégies d’Orange, RigolettoLes Vêpres Siciliennes et Nabucco au Théâtre de Saint-Gall, Rigoletto à Toulon et aux Soirées Lyriques de Sanxay, Carmen (Escamillo) à l’Opéra de Toulon, La Traviata (Germont) et Il Trovatore (Conte di Luna) à Dijon et aux Soirées Lyriques de Sanxay, Manon (Lescaut) à Limoges. Il retourne à l’Opéra de Zürich pour La Damnation de FaustDon Pasquale et Fedora.

Plus récemment, il a été  le Général Garrido dans La Navarraise de Massenet à Sassari, Fieramosca dans Benvenuto Cellini (avec l’Orchestre de Paris, sous la direction musicale de C. Eschenbach), le Général Boum dans La Grande Duchesse de Gérolstein à Graz , sous la direction de Nicolas Harnoncourt,  Valentin dans Faust à Bâle et a été l’invité des nouvelles productions de De la maison des morts et Tristan et Isolde (Melot) au Grand Théâtre de Genève…

A Sanxay :
Carmen (Dancaïre) en 2011

Michele Kalmandi

baryton

Le baryton hongrois Michele Kalmandi débute ses études musicales en Roumanie, puis se perfectionne à Budapest, en Hongrie, auprès de Eugen Sipos, grand spécialiste du répertoire lyrique italien.

A l'âge de 24 ans seulement, il fait ses débuts à l'opéra national de Bucarest dans le rôle de Nabucco. Il devient aussitôt après soliste permanent de l'opéra national hongrois et se spécialise très rapidement dans le répertoire verdien et wagnérien en abordant des rôles tels que : Rigoletto, Nabucco, Il conte di Luna (Il Trovatore), Macbeth, Renato (Un Ballo in Maschera), Amonasro (Aida), Le Hollandais (Le Vaisseau fantôme) et Kurvenal (Tristan et Isolde).

Depuis 1990, Michele Kalmandi mène une carrière internationale en étant invité dans les plus grandes maisons d'opéras et les plus grands festivals : Opéra Giuseppe Verdi à Trieste, Opéra de Rome, Opéra Massimo Bellini à Catane, Opéra San Carlo de Naples, Staatsoper de Prague, Opéra national de Corée, Opéra national de Bordeaux, Scala de Milan, festival de Salzbourg et festival de Savonlinna. Cette carrière l'a conduit à travailler aux côtés des plus grands chefs d'orchestre : Kent Nagano, Adam Fischer, Tamas Vasary, Stefano Vezioli etc.

Outre le répertoire opératique, Michele Kalmandi affectionne particulièrement les récitals et les concerts. Ces derniers l'ont amené à se produire en Angleterre, Suisse, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, en Grèce et au Brésil.

A Sanxay :
Aïda (Amonasro) en 2009

Kosma Ranuer

baryton

Kosma Ranuer fait ses études de chant à l’université de Stockholm. En 2007, il est finaliste du fameux concours international du Belvédère à Vienne. Il débute alors sa carrière en interprétant le rôle de Paolo Albiani dans Simon Bocanegra à l’opéra de Francfort puis à Wiesbaden, Schaunard dans La Bohème à Göteborg, Michele dans Il Tabarro  et Gianni Schicchi (rôle titre) au festival de Riga. Au cours du printemps 2011, il fait ses débuts dans le rôle de Iago (Otello) à l’opéra de Noorlands, interprétation qui lui vaut d’être désigné par le magazine allemand « Opernwelt »comme meilleur artiste lyrique de l’année 2011. Tout dernièrement, il vient d’interpréter les rôles de Scarpia (Tosca) à l’opéra de Malmö, Axel Oxenstierna (Cristina, regina di Svezia) en tournée dans toute l’Europe et le Hollandais (Le Vaisseau fantôme) à l’opéra de Stockholm.

A Sanxay :
Madame Butterfly (Sharpless) en 2013

Alberto Gazale

baryton

Considéré  comme l’un des plus grands « barytons Verdi » de sa génération, Alberto Gazale se produit sur les plus prestigieuses scènes lyriques du monde. Son répertoire s’étend de Monteverdi à Dalla Piccola, malgré un intérêt très prononcé pour les compositeurs italiens du 19ème siècle. Il collabore régulièrement avec les plus grands chefs d’orchestre parmi lesquels : Gary Bertini, Roberto Rizzi Brignoli, Riccardo Chailly, James Conlon, Zubin Mehta, Riccardo Muti, Daniel Oren, Carlo Rizzi...

Diplômé du Conservatoire de Vérone, Alberto Gazale se spécialise très vite dans le répertoire verdien auprès de Carlo Bergonzi, qu’il considère encore aujourd’hui comme son maître. Lauréat de nombreux concours de chant,  il fait, en 1998, ses débuts internationaux  aux Arènes de Vérone dans Un Ballo in maschera de Verdi.

Depuis ses débuts aux Arènes de Vérone, il se produit sur les plus grandes scènes lyriques du monde : la Scala de Milan, le Staastoper de Vienne, le Carnegie Hall de New York, le Deutsche Oper de Berlin, l’Opéra Royal de  Madrid, l’Opernhaus de Zürich, l’Opéra National d’Athènes, l’Opéra de Montecarlo, le Liceu de Barcelone, l’Opera de Tel Aviv, le Mai Musical Florentin, le Théâtre Royal de Parme, le Concertgebouw d’Amsterdam, l’Opera de Rome, le Théâtre Royal de Turin, le Théâtre de la Fenice de Venise, l’Opéra de Sao Paulo, l’Opéra de Las Palmas... Son répertoire comprend , entre autres titres : Attila, Nabucco, La Traviata, Il Trovatore, Un Ballo in maschera, Aida, Rigoletto, Macbeth, Otello, La Bohème, Madame Butterfly, Cavalleria rusticana, Il Barbiere di Siviglia, Faust, André Chénier, Pagliacci, Werther...

Invité régulier de la Scala de Milan, il a participé à de nombreuses productions dont : Macbeth, Rigoletto, Il Trovatore , Rigoletto, Madame Butterfly, Ulysse de Dalla Piccola, André Chénier et Otello.

Depuis quelques années, le Staatsoper  de Vienne l’invite également régulièrement  et notamment pour les titres suivants : à pl La traviata, Nabucco, La Forza del destino et Tosca.

Parmi les rendez- vous marquants de la saison 2013-2014, notons Otello à Côme, Crémone et Milan, Il Trovatore à Sao Paulo et André Chénier à l’Opéra Royal de Stockholm.

Invité pour la première fois à Sanxay.

A Sanxay :
Nabucco (Nabucco) en 2014

Armen Karapetyan

baryton

Le baryton arménien Armen Karapetyan débute ses études musicales (chant, piano, musicologie, arts scéniques) en Arménie au Conservatoire Nationale Supérieur d’Erevan dans la classe du ténor Sergei Danelian, puis se perfectionne à Milan auprès du célèbre baryton italien Gianni Maffeo, avec lequel il continue de travailler régulièrement. Il participe également à des Master-classes de Christa Ludwig , Virginia Zeani , Patrick Meroni etc...

A l’age de 25 ans, il est admis dans la troupe de l’Opéra National d’Armenie comme soliste permanent. Ensuite il s’installe en France avec sa femme, la soprano Lianna Haroutounian et leur fils, où il poursuit ses activités professionnelles. 

Ses capacités techniques et vocales lui ont permit d’aborder des rôles Verdiens tels que: Rigoletto (Rigoletto), Il conte di Luna (Il Trovatore), Amonasro (Aïda), Renato (Un Ballo in Maschera), Germont (La Traviata), Jago (Othello) , ainsi que Sharpless (Madama Butterfly) de Puccini, Silvio (Pagliacci) de Leoncavallo, Alfio (Cavalleria Rusticana) Mascagni, Severo (Poliuto) de Donizetti, Escamillo (Carmen) de Bizet, des rôles d’opéras arméniens et russes : Mossi (Anush), Margar (Kariné) de Tigranian, Tomski (La Dame de Pique), Onéguine (Eugene Onéguine) de Tchaikovsky, etc...

Outre le répertoire opératique, Armen Karapetyan affectionne particulièrement les récitals et les concerts. Il chante la partie de basse /baryton dans les Requiem de Mozart, Verdi, Fauré, le Stabat Mater de Dvorak, la Petite Messe Solennelle de Rossini , 9ème Symphonie et Messe Solennelle de Beethoven , Messe de Gloire de Puccini , Carmina Burana de Orff. Il participe à la création mondiale de Requiem Bartolucci à Salla Nervi (à Rome). Il se produit sur de nombreuses scènes en France, Espagne, Italie, Suisse, Belgique, Pays Bas.

A Sanxay :
Turandot (Ping) en 2015
Rigoletto (Marullo) en 2016

Carlos Almaguer

baryton

Né à Mexico City, Carlos Almaguer a débuté ses études de chant avec Francesco Amador. Il s’est ensuite perfectionné avec Carlo Bergonzi à l’Académie de Sienne et Vicente Sardinero à Madrid. 

Premier Prix du Concours de chant de Verviers en 1997, il débute sa carrière avec le rôle d'Amonasro  (Aida) à Cologne en 1999, puis à l'Opéra Royal de Wallonie en 2000.

Depuis 1999, Carlos Almaguer s'est spécialisé dans l'interprétation des rôles verdiens et est l'invité régulier des grandes scènes internationales. Il fut, entre autres, Nabucco, RigolettoDon Carlo (La Forza del destino), le Comte de Luna (Le Trouvère), Amonasro (Aïda), Simon Boccanegra, Iago (Otello), Ezio (Attila), Macbeth, Renato (Un Bal masqué)en Espagne (Barcelone, Madrid, Cordoue, Jerez, Pamplona, Las Palmas), Italie (Palerme, Bologne, Turin, Trieste, Festival de Trapani), France (Marseille, Toulouse, Nice, Avignon, Limoges, Toulon, Nantes, Angers, Strasbourg), Monte-Carlo, Belgique (Liège, Bruxelles), Allemagne (Deutsche Oper de Berlin,  Staatsoper de Hambourg, Cologne, Leipzig, Düsseldorf), Suisse (Lausanne, Festival d’Avenches), Grèce (Athènes), Hongrie (Budapest), Australie (Melbourne), Chili (Santiago), Angleterre (Covent Garden de Londres)…

Il complète son répertoire par des rôles véristes qui conviennent à sa voix dramatique : Scarpia (Tosca) au Staatsoper de Vienne, au Deutsche Oper de Berlin, à Hambourg, Francfort, Toulon, Mexico, Montpellier, Marseille, Tokyo, Budapest, Berne, Pékin ; Michele (Il Tabarro) à Mexico, Carlo Gérard (Andrea Chénier) à Turin et au Deutschoper de Berlin, Jack Rance (La Fanciulla del West) à Melbourne, Torre del Lago et Palerme;  Alfio (Cavalleria rusticana) et Tonio (Pagliacci) aux Arènes de Vérone, à Monte-Carlo, Palerme, au Festival de Savonlinna, à Francfort, Mexico, Marseille, Athènes. En octobre 2010, il a fait ses débuts aux États-Unis, dans le rôle d’Alfio (Cavalleria rusticana) au Carnegie Hall de New York.

Parmi ses productions récentes on peut citer: Rigoletto à l’Opéra National d'Israël, au San Carlo de Naples, au Grand Théâtre de Gênes, à l'Opéra National d'Athènes et au festival de Taormina, Le Trouvère à l’Opéra de Marseille, Aida à l’Opéra de Toulon et à l'Opéra National de Pékin, La Battaglia di Legnano au Staatsoper de Hambourg, Tosca à l’Opéra de Marseille et à l'Opéra de Toulon, Nabucco à l'Opéra National de Varsovie, La Fanciulla del West à l'Opéra Royal de Wallonie.

Sa première venue à Sanxay remonte à 2004. Il interprétait Scarpia dans l'oeuvre de Puccini, Tosca.

A Sanxay :
Rigoletto (Rigoletto) en 2016

Giorgio Caoduro

baryton

Né à Monfalcone en Italie, le baryton Giorgio Caoduro a étudié le chant auprès de la soprano Cecilia Fusco et est lauréat de plusieurs prix internationaux dont celui du Concours international de L’Associazione Lirica Concertistica de Milan.

Spécialiste des rôles belcantistes de baryton, il se produit depuis une dizaine d’années sur les scènes lyriques les plus prestigieuses : Scala de Milan, Opéra de Paris, Capitole de Toulouse, festival de Glyndebourne, festival d’Aix-en-Provence, Opéra de Rome, Opéra de Sidney, Opéra de San Francisco, Deutsche oper de Berlin, La Fenice de Venise, le Covent Garden de Londres , l’Opéra de Monte-Carlo etc…

Parmi ses interprétations majeures, citons Figaro (Le Barbier de Séville), Belcore (L’Elisir d’amore), Taddeo (L’Italienne à Alger), Figaro (Les Noces de Figaro), Dandini (La Cenerentola), Enrico (Lucia di Lammermoor), Marcello (La Bohème), Papageno ( La Flûte enchantée). Ses récents débuts dans le rôle-titre de Rigoletto à l’opéra de Sidney ont connu un immense succès tant du point de vue de la critique que du public.

Giorgio Caoduro s’est produit aux côtés des plus grands chefs d’orchestre : James Conlon, Zubin Metha, Michel Plasson, Carlo Rizzi, Renato Palumbo, Bruno Bartoletti, Daniel Harding, Jesus lopez Cobos, Bruno Campanella…

Il vient de recevoir le Green Room Award de Melbourne dans la catégorie meilleur chanteur lyrique masculin.

Enregistrement DVD : L’Italienne à Alger aux éditions Bel Air Classic . Captation de la production du festival d’Aix-en-Provence en 2007.

A Sanxay :
La Flûte enchantée (Papageno) en 2017

Suivre S'abonner Voir les vidéos
Mentions légales