Artistes

Thiago Arancam

ténor

Né à San Paolo au Brésil, Thiago Arancam débute ses études de chant à la faculté de musique "Carlos Gomez" de cette même ville où il obtient son diplôme de fin d'études. A l'âge de 22 ans, il remporte le premier prix du concours de chant international "Bidu Sayao".

En 2004, il intègre la prestigieuse Académie de la Scala de Milan et se perfectionne auprès de Leyla Gencer et Vincenzo Manno. Il est invité, en février 200,5 à donner son premier concert lyrique avec orchestre à la Scala de Milan. Depuis, Thiago Arancam est régulièrement invité à la Scala de Milan, où il participe aux productions suivantes: Salomé et Ariane à Naxos de Richard Strauss et Lady Macbeth of the Mtsensk District de Dimitri Shostakovich.

En 2006, il participe avec beaucoup de succès à une série de concerts autour d'extraits de zarzuelas et de mélodies espagnoles traditionnelles avec l'orchestre symphonique Friuli-Venezia-Giulia. En 2007, il remporte à Bolzano le prix du "meilleur espoir lyrique" ce qui le conduit à se produire dans un récital aux côtés de Daniela Mazzucato.

En décembre 2007, il est invité par l'opéra de Mantoue à faire ses débuts dans Le Villi (Roberto) de Puccini juste avant d'entreprendre, dans les Emirats Arabes, une tournée de concerts avec l'orchestre de la Scala de Milan, et deux concerts au Brésil avec l'orchestre national sous la direction du maestro Silvio Barbato.

En octobre 2008, Thiago Arancam, alors âgé de 26 ans seulement, est sélectionné par Placido Domingo pour participer au prestigieux concours "Operalia". Il remporte, à cette occasion, le grand prix du public,  le prix de la zarzuela et le deuxième prix masculin. Il est invité aussitôt après pour faire ses débuts internationaux dans Carmen (Don José) à l'Opéra national de Washington (aux côtés de Denyce Graves)  puis dans Tosca (Mario) à l'Opéra de Francfort.

Ces trois dernières saisons, on a pu l’entendre dans Adriana Lecouvreur à l’opéra royal de Turin, Nabucco à Palerme, Cavaleria Rusticana à Saint-Petersbourg et Stockholm, Tosca à Las Palmas, au Deutschoper de Berlin, à l’opéra de Philadelphie et à Rome, Cyrano de Bergerac à San Francisco (aux côtés de Placido Domingo), Madame Butterfly à l’opéra de Washington et à Valencia (sous la direction de Lorin Maazel), Carmen à Varsovie, Moscou, Berlin, San Francisco et au Staatsoper de Vienne, Manon Lescault à Philadelphie et Dresden, Il Tabarro à Lyon, Cologne et Stockholm.

Prochains grands engagements :
Carmen à l’opéra de Lausanne (sous la direction  de Placido Domingo) et au théâtre Colon de Buenos Aires.

A Sanxay :
Carmen (Don José) en 2011
Norma (Pollione) en 2010
Aïda (Radamès) en 2009
Madame Butterfly (Benjamin Franklin Pinkerton) en 2013

site internet : http://www.thiagoarancam.com

Fabio Maria Capitanucci

baryton

Fabio Maria Capitanucci remporte en 1998, à 23 ans, le Concours du Teatro Lirico de Spolète avant d’intégrer l’Accademia di Perfezionamento de La Scala où il obtient, en 2002, le Prix Renato Bruson.

Régulièrement invité à La Scala, il y débute les rôles de Marcello (La Bohème), Cavaliere Belfiore (Un Giorno di Regno), Sharpless (Madame Butterfly) et Guglielmo (Così fan Tutte), Lescaut (Manon).

Fabio Maria Capitanucci chante parallèlement dans de nombreux théâtres internationaux : L’Elisir d’Amore (Belcore) à Frankfurt, Florence, Valencia, Rome et Munich, Le Nozze di Figaro (rôle-titre) à Palerme (Conte) à Turin, Dresde et Madrid, La Bohème (Marcello) à Gênes, Dresde, Madrid, Vérone, Lausanne, Turin, Atlanta ainsi que pour ces débuts au MET en 2011, Il Barbiere di Siviglia (rôle-titre), Madame Butterfly (Sharpless), Falstaff (Ford) et La Cenerentola (Dandini) à Dresde, Candide (Maximilian) à Gênes, Roberto Devereux à Pamplona, Così fan tutte (Guglielmo) à Hambourg et Gênes, Falstaff (Ford) à Vienne et à Monte-Carlo aux côtés de B. Terfel, La Cenerentola (Dandini) à Barcelone, Don Pasquale (Malatesta) au Florida Grand Opera di Miami et Florence, Arrighetto (Corrado), La Cambiale di Matrimonio (Slook) ainsi que Edipo Coloneo au Rossini Opera Festival de Pesaro, Il Viaggio a Reims (Don Alvaro) à la Scala, I Puritani à Madrid, Il Barbiere di Siviglia à Palerme, La Traviata et Lucia di Lammermoor à Turin.

Il débute en France en 2007 à l’Opéra de Marseille dans Lucia de Lammermoor (Henri Ashton), suivi de Pirata en 2008.

Cette saison, on l’entendra dans La Traviata au Staatsoper de Vienne et à Munich, Roberto Devereux à Marseille (version concert) et Munich, Linda di Chamounix et Madame Butterfly à Barcelone, Il Barbiere di Siviglia à Munich, Les Troyens, Le Nozze di Figaro et La Bohème à la Scala de Milan, La Bohème, Les Troyens et L’Elisir d’Amore au Covent Garden de Londres, Lucia di Lammermoor à Milan, Munich et au MET, Falstaff à Milan et San Francisco, avant de débuter à l’Opéra National de Paris en 2014/2015.

Fabio Maria Capitanucci a enregistré chez Emi Madame Butterfly (Sharpless) sous la direction d’A. Pappano, Gina (Uberto) de Cilea chez Bongiovanni, La Bohème chez Opus Arte, La Cambiale di Matrimonio (Slook) chez Stradivarius, I Medici (Poliziano) de Leoncavallo et Fedora (De Sirieux) chez Deutsche Grammophon.

A Sanxay :
La Traviata (Giorgio Germont) en 2012

site internet : http://www.fabiocapitanucci.com

Elena Cassian

mezzo-soprano

Née en Moldavie, Elena Cassian est diplomée du Conservatoire National ''Gh.Dima'' de Cluj – Napoca (Roumanie) et s’est perfectionnée auprès de Niculina Mirea-Curta. Elle fait ses débuts sur scène à l'Opéra de Cluj dans Carmen et Les Noces de FigaroEn 1997, elle obtient le Premier Prix au Concours de Chant ''H.Darclée'' ainsi qu'une bourse d'études pour l'Académie de Jeunes Chanteurs d'Opéra de la Scala de Milan (1997-1999). Elle fait ses débuts français en 1999 dans le rôle de Carmen (Grand Théâtre de Limoges), rôle qu’elle reprendra de nombreuses fois: tout d’abord à Lima (dans une mise en scène de Luigi Alva), puis à l'opéra royal de Wallonie, à Maastricht en 2002 et à l'opéra de Toulon en 2004. C’est en 2000 qu’elle fait ses débuts à la Scala de Milan (Maddalena dans Rigoletto sous la direction de R. Muti). Cette scène prestigieuse la réinvitera à d’autres reprises : Le Dialogue des Carmélites (Mère Jeanne – 2001), Madame Butterfly (Suzuki – en 2002 et 2004), Lucrezia Borgia (Maffio Orsini – 2005) et Europa Riconosciuta  Isseo – 2005).

Outre ses engagements à la Scala de Milan, Elena Cassian est une invitée régulière des plus grandes scènes internationales : la Monnaie de Bruxelles, l’opéra de Rome, San Carlo de Naples, l’opéra de Paris - Bastille, Deutsche Oper de Berlin, opéra de Gênes, opéra de Turin ,opéra national d’Athènes, Capitole de Toulouse, Concertgebouw d’Amsterdam....Ses engagements comprennent les grands rôles de mezzo-sopranos : Amneris (Aïda), Federica (Luisa Miller), Maddalena (Rigoletto), La Cieca et Laura (La Gioconda), Marfa (khovanchtchina), Ljubasha (La Fiancée du Tsar), Smeton (Anna Bolena), Olga (Eugène Onéguine), La Princesse de Bouillon (Adriana Lecouvreur) , Adalgisa (Norma).

Elle a participé à de nombreux concerts en Italie, Pays-Bas et Espagne: Stabat Mater de Dvorak et RossiniRequiem de Mozart et VerdiMesse en fa mineur de BrucknerCantate Alexsander Newskij de ProkofievCantate pour Alto de Brahms, Neuvième symphonie de Beethoven. Sa carrière internationale l’a amené à se produire aux côtés des plus grands chefsd’orchestre : G.Sinopoli, M.Rostropovich, L.Maazel, S.Ozawa,Y.Kikuchi,V.Jurowskij,G.Gelmetti, B.Bartoletti,A.Allemandi, C.Rizzi, R.Palumbo, N.Luisotti, J.Conlon, R.Muti, R.Weikert, A.Lombard, J.Kovachev.

Elena Cassian a interprété le rôle de Suzuki (Madame Butterfly) à de très nombreuses reprises et notamment sur les scènes suivantes : opéra de Francfort, Bilbao, Deutsche Oper de Berlin, à la Scala de Milan et très récemment au Covent Garden de Londres

A Sanxay :
Madame Butterfly (Suzuki) en 2013
Nabucco (Fenena) en 2014

Géraldine Chauvet

mezzo-soprano

Géraldine Chauvet débute sa carrière d’artiste lyrique en intégrant le centre de formation pour jeunes chanteurs : les jeunes voix du Rhin (Opéra National du Rhin) en 2004. Sa carrière internationale commence véritablement en 2008 avec ses engagements à l’Opéra de Bologne pour Norma (Adalgisa) aux côtés de Daniela Dessi et au festival D’Avenches en Suisse pour Don Giovanni de Mozart (Elvira) dans une mise en scène de Gian-Carlo Del Monaco.

En juillet et août 2009, elle fait des débuts très remarqués, aux arènes de Vérone, dans Carmen (rôle titre) et sous la direction musicale de Placido Domingo. Elle est d’ailleurs invitée à nouveau par les arènes de Vérone pour la reprise de Carmen (mise en scène de Franco Zeffirelli) en juillet et août 2010. Elle vient de faire ses débuts, en mars 2010, à l’opéra de Tokyo (Carmen) aux côtés de Placido Domingo et on a pu l’entendre tout dernièrement dans Werther (Charlotte) au théâtre royal de Calabria aux côtés de Giuseppe Filianoti et sous la direction d’Alain Guingal ainsi que dans Il Postino au théâtre national de Vienne, aux côtés de Placido Domingo. Sa discographie et sa vidéographie comprennent Otello de Rossini (2 CD Naxos), Don Giovanni de Pacini (2 CD Naxos), et le Gala Placido Domingo à Tokyo (3 DVD).

Prochains grands engagements :
Carmen (rôle titre) à l’opéra de Naples, Nabucco (Fenena) à l’opéra de Washington, Cosi Fan Tutte (Dorabella) à Tokyo.

A Sanxay :
Carmen (Carmen) en 2011
Norma (Adalgisa) en 2010

site internet : http://www.geraldinechauvet.com

Marianne Crébassa

mezzo-soprano

Marianne Crébassa étudie le chant et le piano au CRR de Montpellier dans les classes de Nicolas DOMINGUES et Susan CAMPBELL jusqu'à l'obtention en 2009 d'un DEM-Chant. Elle travaille également avec Maciej PIKULSKI, pianiste accompagnateur de José VAN DAM, lors de master-classes consacrées au lied et à la mélodie. Parallèlement, elle poursuit des études universitaires de Musicologie à la Faculté Paul Valéry de Montpellier jusqu'à l'obtention en juin 2008 d'une licence.

Sa formation musicale en chant, piano et musique de chambre lui permet d'aborder aisément de nombreux répertoires aussi bien contemporains que baroques. En mai 2008, elle est engagée comme soliste dans Manfred de Robert Schumann à l'Opéra Berlioz avec l'Orchestre National de Montpellier sous la direction d'Hervé NIQUET ainsi que dans la création de Fedra de Pizzetti sous la direction d'Enrique MAZZOLA pour le Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon 2008. En septembre 2008, elle interprète des extraits de Maddalena ai Piedi di Cristo de Antonio Caldara ainsi que la Cantate BWV 84 de Jean-Sébastien Bach dans le cadre du festival Chemins Sacrés en Languedoc-Roussillon avec l'orchestre de Montpellier sous la direction de Kanako ABE. En décembre 2008, elle interprète le Stabat Mater de Pergolèse avec le choeur d'Opéra Junior Montpellier.

Elle est en mai 2009 l'un des jumeaux du Martyre de Saint-Sébastien de Debussy, sous la direction d'Alain ALTINOGLU à l'Opéra Berlioz de Montpellier. Lors du dernier Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon, elle est Fatima dans l'opéra Zaira de Bellini aux côtés d'Ermonela JAHO sous la direction d'Enrique MAZZOLA. Elle interprète lors de ce même festival les rôles de Mنlchen et Hortense dans Friederike de Franz Lehàr dirigé par Lawrence FOSTER.

Dernièrement, elle s'est produite dans le rôle de Brunehouille dans l'opéra-bouffe Tristoeil et Brunehouille de Georges Von Parys sous la direction de Kanako ABE à l'Opéra Berlioz de Montpellier. Elle prépare actuellement le rôle de Flora dans La Traviata de Verdi à l'Opéra Comédie de Montpellier sous la direction d'Alain ALTINOGLU ainsi que celui d'Isabelle Linton dans Wuthering Heights de Herrmann pour le Festival de Radio France Montpellier 2010.

En octobre 2010, elle intègre l'Atelier Lyrique de l'Opéra National de Paris

A Sanxay :
Norma (Clotilde) en 2010

Jean-Marie Delpas

baryton/basse

Jean-Marie Delpas a fait ses débuts en 1986 au Théâtre de Nîmes dans Faust. Les qualités de sa voix se révèlent très vite et il se voit invité sur la plupart des grandes scènes lyriques françaises : Don Carlos à l'Opéra de Marseille et à Montpellier, Un Ballo in Maschera  aux côtés de Teresa Zylis Gara à Toulon, Carmen à Lille…

Il chante sous la direction de grands chefs d'orchestre : Alain Guingal, Gian Franco Rivoli, Paul Ethuin, Thomas Fulton.  Au cours de ces dernières années, il interprète entre autres, La Traviata au Festival de Saint Céré, Il Trovatore  aux Chorégies d'Orange.

Par la suite, il est engagé notamment dans Roméo et Juliette (Mercutio), puis est remarqué dans des œuvres telles que OtelloToscaLa GiocondaLes Pêcheurs de Perles, La Bohème… Il interprète le rôle d’Amonasro dans Aïda (Dijon), Frédéric de Lakmé au Festival Alfredo Krauss (Las Palmas).

L'Opéra de Toulon l'a accueilli dans ErnaniCarmenAdrienne Le couvreur, Les Puritains et Hérodiade. Toujours à Toulon, on a pu l’entendre dans L’Etoile de Chabrier, CarmenUn Bal Masqué, Un de la Canebière et La Flûte Enchantée.

Il a chanté dans Madama Butterfly à Metz, La Force du Destin et La Fille de Madame Angot à Avignon, La Traviata à Massy et Metz, Manon à Düsseldorf et au Deutsche Oper de Berlin, Rigoletto à Massy, La Vie Parisienne à Limoges et un Mandarin/Turandot à Toulon où il a également interprété Maître Ambroise/Mireille et la saison dernière dans Douphol/La Traviata. Plus récemmentil a chanté dans La Belle Hélène et Rigoletto à Metz, Andrea Chénier et La Fanciulla del West à Limoges.

Parmi ses projets, Garopoulof (Un de la Canebière) à Toulon puis le baron Douphol (La Traviata) à Avignon,

A Sanxay :
La Traviata (Docteur Granvil) en 2012
Carmen (Zuniga) en 2011

Frédéric Diquero

ténor

Après plusieurs prix de conservatoire (saxophone, musique de chambre et formation musicale), Frédéric Diquero débute des études vocales et intègre très vite la compagnie lyrique des Sources de cristal dirigée par Gian Koral et Hélia T’Hézan. Depuis 2003, il se perfectionne auprès de Gabriella Ravazzi à Gênes.

En 2004, il est lauréat du 9ème concours Spazio Musica d’Oviedo en Italie, ville dans laquelle il fera ses véritables débuts, l’année suivante, dans Le Barbier de Séville (Le Comte Almaviva).

Depuis 2007, Frédéric Diquero se spécialise dans les rôles de ténor lyrique léger. Parmi ses nombreux rôles, citons notamment : Don Ottavio (Don Giovanni), Tamino (La Flûte Enchantée), Don Ramiro (La Cenerentola), Alfredo (La Traviata), Nadir (Les Pêcheurs de Perle)…

Il participe également à de nombreux concerts couvrant un large répertoire, de la musique sacrée du 18ème à la musique contemporaine.

Après avoir interprété Rodolfo dans La Bohème et le Duc de Mantoue dans Rigoletto, il sera, cette saison, Ruiz dans Le Trouvère à l’Opéra de Nice.

A Sanxay :
La Traviata (Gastone) en 2012

Philippe Duminy

baryton

Né à Boulogne, il obtient le premier prix du CNSM de Paris. Rolf Liebermann l’engage à l’Opéra de Paris où il chante des rôles tels que Figaro (Il Barbiere di Siviglia), Schaundart (La Bohème), Lescaut (Manon Lescaut), Masetto (Don Giovanni), Papageno (Die Zauberflöte), Mercutio (Roméo et Juliette), Oreste (Iphigénie en Tauride), Achillas (Giulio Cesare), La Damnation de Faust… Parallèlement, il se produit sur de nombreuses scènes françaises et européennes où il chante des rôles tels que Sancho (Don Quichotte), Luna (Il Trovatore), Cedric (Ivanhoé), Ottokar (Der Freischütz).

En 1991, il fait ses débuts au Festival de Bregenz dans Escamillo de Carmen. Il est choisi par Robert Wilson pour le rôle de Papageno à l’Opéra de Paris et interprète le rôle-titre de Rigoletto aux côtés d’Alfredo Kraus pour l’inauguration du Teatro de la Maestranza de Séville. Puis il interprète Il Barbiere di Siviglia au Palais Garnier, Valentin (Faust) à l’Opéra Bastille, Le Roi Claudius (Hamlet) à Monte-Carlo, Rigoletto, Germont (La Traviata) à Sassari, Novara, Tours et Limoges, Oreste (Iphigénie en Tauride) au Megaron d’Athènes et avec le Israeli Chamber Orchestra à Tel Aviv, Luna, Renato (Un Ballo in Maschera), Posa (Don Carlo), Il Barbiere di Siviglia, Scarpia (Tosca) et Tonio (I Pagliacci) en France et en Italie.

En 1998-1999, il fait ses débuts à l’Opéra de Zurich, où il chante Don Andres de Ribeira dans La Périchole, le rôle-titre de Don Pasquale, De Siriex (Fedora) et Napoléon (Madame Sans-Gêne). Il est l’interprète du rôle-titre de la création d’Un Tango pour Monsieur Lautrec à l’Opéra de Nancy. Depuis l’an 2000, il s’est notamment produit dans ToscaCarmen et Les Contes d’Hoffmann aux Chorégies d’Orange, RigolettoLes Vêpres Siciliennes et Nabucco au Théâtre de Saint-Gall, Rigoletto à Toulon et aux Soirées Lyriques de Sanxay, Carmen (Escamillo) à l’Opéra de Toulon, La Traviata (Germont) et Il Trovatore (Conte di Luna) à Dijon et aux Soirées Lyriques de Sanxay, Manon (Lescaut) à Limoges. Il retourne à l’Opéra de Zürich pour La Damnation de FaustDon Pasquale et Fedora.

Plus récemment, il a été  le Général Garrido dans La Navarraise de Massenet à Sassari, Fieramosca dans Benvenuto Cellini (avec l’Orchestre de Paris, sous la direction musicale de C. Eschenbach), le Général Boum dans La Grande Duchesse de Gérolstein à Graz , sous la direction de Nicolas Harnoncourt,  Valentin dans Faust à Bâle et a été l’invité des nouvelles productions de De la maison des morts et Tristan et Isolde (Melot) au Grand Théâtre de Genève…

A Sanxay :
Carmen (Dancaïre) en 2011

Dan Paul Dumitrescu

basse

Dan Paul Dumitrescu commence ses études musicales, chant lyrique et clarinette, au Conservatoire National de Bucarest "George Enescu". En 1996, il intègre la fameuse Académie de chant lyrique de Vérone, en Italie. En 1997, il devient soliste permanent à l'Opéra National de Bucarest et débute alors une carrière internationale, étant invité à se produire sur les plus grandes scènes lyriques : opéras de Munich, Berlin, Liceu de Barcelone, Tel Aviv, Tokyo, arènes de Vérone, festival de Salzburg, Royal Albert Hall…

En janvier 2000, Dan Paul Dumitrescu est invité pour la première fois au Staatsoper de Vienne (Sparafucile/ Rigoletto) et en devient un soliste permanent à partir de la saison 2001/2002.

Son répertoire compte plus de 50 rôles dont notamment Sarastro (La Flûte Enchantée), Le Commandeur (Don Giovanni), Timur (Turandot), Colline (La Bohème), Banquo (Macbeth), Ramfis (Aida), Sparafucile (Rigoletto), Le Grand Inquisiteur et le Moine (Don Carlo), Oroveso (Norma), Raimondo (Lucia), Le Comte des Grieux (Manon)…

Lors de la saison 2008/2009, il interprètera Frère Laurent (Roméo et Juliette), Pietro (Simon Boccanegra), Le Commandeur (Don Giovanni), et Le Comte des Grieux (Manon) au Staatsoper de Vienne.

Dan Paul Dumitresu a participé à de nombreux enregistrements audios et videos. Parmi les plus importants citons l'intégrale audiode Lucia di Lammermoor au côté d'Edita Gruberova, le DVD de Don Carlo (avec Ramon Vargas) et le DVD Verdi Une passion, un destin produit par Alain Duault.

A Sanxay :
Aïda (Le Roi) en 2009

Laurence Fanon

chorégraphe

Après des études complètes à l'École de danse de l'Opéra national de Paris, Laurence Fanon est nommée à dix-huit ans danseuse étoile au théâtre du Châtelet. Elle est alors invitée par de nombreux chorégraphes puis se lance dans de nouvelles expériences : danse, chant, comédie, acrobatie, contorsion… qui l'amèneront aux Folies-Bergère et au Lido.

Parallèlement à ses activités d'interprète, elle fonde sa propre compagnie chorégraphique, ADDIVA.

Depuis 1990, elle signe également des chorégraphies d'ouvrages lyriques pour les Opéras de Paris (Garnier et Bastille), Nancy, Montpellier, Monte-Carlo, Massy, Turin, Saint-Etienne, Saint-Gall, Vienne (Staatsoper), Bordeaux, Toulouse etc.

Elle a aussi participé à des réalisations artistiques de genres différents comme le spectacle d'Eve Ruggieri "L'Enlèvement d'Europe" et la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de rugby au Stade de France.

Laurence Fanon est régulièrement invitée en tant que pédagogue pour animer des stages internationaux et donner des masterclasses de portés acrobatiques.

A Sanxay :
La Traviata (Chorégraphie) en 2012
Aïda (Chorégraphie) en 2009

Alberto Gazale

baryton

Considéré  comme l’un des plus grands « barytons Verdi » de sa génération, Alberto Gazale se produit sur les plus prestigieuses scènes lyriques du monde. Son répertoire s’étend de Monteverdi à Dalla Piccola, malgré un intérêt très prononcé pour les compositeurs italiens du 19ème siècle. Il collabore régulièrement avec les plus grands chefs d’orchestre parmi lesquels : Gary Bertini, Roberto Rizzi Brignoli, Riccardo Chailly, James Conlon, Zubin Mehta, Riccardo Muti, Daniel Oren, Carlo Rizzi...

Diplômé du Conservatoire de Vérone, Alberto Gazale se spécialise très vite dans le répertoire verdien auprès de Carlo Bergonzi, qu’il considère encore aujourd’hui comme son maître. Lauréat de nombreux concours de chant,  il fait, en 1998, ses débuts internationaux  aux Arènes de Vérone dans Un Ballo in maschera de Verdi.

Depuis ses débuts aux Arènes de Vérone, il se produit sur les plus grandes scènes lyriques du monde : la Scala de Milan, le Staastoper de Vienne, le Carnegie Hall de New York, le Deutsche Oper de Berlin, l’Opéra Royal de  Madrid, l’Opernhaus de Zürich, l’Opéra National d’Athènes, l’Opéra de Montecarlo, le Liceu de Barcelone, l’Opera de Tel Aviv, le Mai Musical Florentin, le Théâtre Royal de Parme, le Concertgebouw d’Amsterdam, l’Opera de Rome, le Théâtre Royal de Turin, le Théâtre de la Fenice de Venise, l’Opéra de Sao Paulo, l’Opéra de Las Palmas... Son répertoire comprend , entre autres titres : Attila, Nabucco, La Traviata, Il Trovatore, Un Ballo in maschera, Aida, Rigoletto, Macbeth, Otello, La Bohème, Madame Butterfly, Cavalleria rusticana, Il Barbiere di Siviglia, Faust, André Chénier, Pagliacci, Werther...

Invité régulier de la Scala de Milan, il a participé à de nombreuses productions dont : Macbeth, Rigoletto, Il Trovatore , Rigoletto, Madame Butterfly, Ulysse de Dalla Piccola, André Chénier et Otello.

Depuis quelques années, le Staatsoper  de Vienne l’invite également régulièrement  et notamment pour les titres suivants : à pl La traviata, Nabucco, La Forza del destino et Tosca.

Parmi les rendez- vous marquants de la saison 2013-2014, notons Otello à Côme, Crémone et Milan, Il Trovatore à Sao Paulo et André Chénier à l’Opéra Royal de Stockholm.

Invité pour la première fois à Sanxay.

A Sanxay :
Nabucco (Nabucco) en 2014

Jack Gervais

mise en scène/éclairages

Passionné dès son plus jeune âge par l’opéra, Jack Gervais est un spectateur assidu des grandes saisons théâtrales du sud de la France. A l’âge de dix-sept ans, il commence à étudier le chant et la musique parallèlement à la comptabilité. En 1980, il s’oriente vers la régie de scène et devient ensuite régisseur général. En 1986, il entre à L’Opéra Comique de Paris où il travaille pendant deux années comme régisseur et assistant metteur en scène. Il devient ensuite l’assistant de P. L. Pizzi pour Norma produit dans les arènes de Nîmes et de M. Hampe pour La Pie Voleuse jouée au théâtre des Champs Elysées.

C’est en 1990 que l’opéra de Rennes lui confie sa première mise en scène : Le Pays du sourire. Une production que la presse unanime présentera comme « Toute en finesse et remarquablement éclairée ».

Dès lors, les portes des principaux opéras français s’ouvrent pour lui : on le retrouve, comme metteur en scène, sur les scènes lyriques de Metz, Tours, Toulon, Marseille, Bordeaux, Reims, Lille, Perpignan, Limoges…En août 2003, on lui a confié la mise de Carmen produite dans le fameux théâtre antique de Baalbeck au Liban, coproduite par l’Opéra National de Paris.

A Sanxay :
La Traviata (Mise en scène/Scénographie/Eclairages) en 2012
Carmen (Mise en scène/Scénographie/Eclairages) en 2011
Norma (Mise en scène/Scénographie/Eclairages) en 2010

Giorgio Giuseppini

basse

Né à Massa, Giorgio Giuseppini étudie d’abord le chant avec Clara Foti, puis se perfectionne auprès de Carlo Badioli, Aldo Protti et Vittorio Rosetta.  En 1991, il remporte le Premier Prix du Concours International de Chant de Loano (Savone en Italie), et débute sa carrière à Imperia dans le rôle du Comte des Noces de Figaro. Le répertoire de Giorgio Giuseppini comprend de très nombreux ouvrages dont les titres suivants : Aïda (la Scala de Milan, Chorégies d’Orange et théâtre du Capitole),  Rigoletto (théâtre Carlo Felice de Gênes, la Scala de Milan, Trévise et Savone), le Trouvère (Opera de Rome, Mai Musical Florentin la Scala de Milan et les arènes de Vérone), Nabucco (Scala de Milan, théâtre Carlo Felice de Gênes et festival de Macerata), Simon Boccanegra et La Force du destin (théâtre royal de Turin), Macbeth (opéra de Nice et opéra de Jesi) Don Carlo (Scala de Milan, opéra Massimo de Palerme, opéra de Francfort et Metropolitan opéra de New-York), Lucia di Lammermoor (festival de Macerata et Scala de Milan), Norma (théâtre Carlo Felice de Gênes, Marseille, Trieste, Barcelone), Turandot (Covent Garden de Londres, Gênes, Macerata, opéra de Bologne et arènes de Vérone), La Bohème (Gênes et Nice et Novara), Benvenuto Cellini et Marie Stuart (opéra de Rome), Caterina Cornaro (opéra de Bergame), Don Giovanni (Santiago du Chili), La Gioconda (Gênes), Medée de Pacini et Le Barbier de Séville ( Théâtre des Champs Elysées), Roméo et Juliette (Arènes de Vérone), Les Troyens (Scala de Milan) …

Invité des plus prestigieuses scènes lyriques internationales, il a collaboré avec les plus grands chefs d’orchestre : Sir Colin Davis, Zubin Mehta, Riccardo Muti, Riccardo Chailly, Daniel Oren, Gianandrea Gavazzeni, John Nelson, Daniele Gatti ….

A Sanxay :
Nabucco (Zaccaria) en 2014

Asmik Grigorian

soprano

La très jeune soprano Asmik Grigorian est née à Vilnius en Lituanie. Après avoir obtenu son diplôme de fin d’études de l’Ecole Nationale des Arts M.K.Ciurlionis, elle débute ses études de chant à Nice, auprès du fameux ténor Gegham Grigorian puis les poursuit auprès d’Irina Milkeviciute à l’Académie Nationale de Musique de Lituanie.

Elle fait ses débuts internationaux à l’opéra de Saint-Petersbourg, dans les rôles de Desdémone (Otello de Verdi) et de Prilepa (La Dame de pique de Tchaikovsky) et est engagée peu de temps après par l’orchestre de la B.B.C, en Angleterre, où elle se produira sous la direction du maestro Gianandrea Noseda.

Ses trois dernières années, elle a été l’ invitée régulière des opéras de Vilnius, Riga, Varsovie, Saint–Petersbourg où on a pu l’entendre dans des rôles tels que La Traviata (Violetta), Carmen (Micaela aux côtés d’Elina Garança), Don Giovanni (Donna Elvira et Donna Anna), Suor Angelica (Suor Angelica), Il Tabarro (Giorgietta), Les Noces de Figaro (La Comtesse), Madame Butterfly (Cio Cio–San)…

A Sanxay :
Carmen (Micaëla) en 2011

Nika Guliashvili

basse

Après un cursus universitaire en Droit, Nika Guliashvili étudie six ans au Conservatoire de Tbilissi, dont il sort diplômé en 2003. Il intègre dès lors la troupe du Théâtre Académique Zakharia Paliachvili de Tbilissi. En tant que soliste, il y interprète Monterone (Rigoletto de G. Verdi), un Moine (Don Carlo de G. Verdi),  Masetto (Don Giovanni de W.A. Mozart), le Vieux Bohémien (Aleko de S. Rachmaninoff),  Sarastro (Die Zauberflöte de W.A Mozart), Il Re (Aïda de G. Verdi), Basilio (Le Barbier de Séville de G. Rossini).

 

De 2007 à 2009, il suit la formation professionnelle du CNIPAL de Marseille: sa carrière prend dès lors une ampleur internationale. Il chante en 2008 le rôle de Méphisto  (Faust de C. Gounod, au Hibiya Kokaido à Tokyo), en 2009 Gualtiero Walton (I Puritani de V. Bellini à l'Opéra de Toulon), L'Ours (L'Hirondelle Inattendue de Simon Laks, Théâtre Toursky à Marseille) aux côtés de Jean-Philippe Laffont et Marie Laforêt, Banco (Macbeth de G. Verdi à Bergen) et en 2010 Sparafucile (Rigoletto de G. Verdi) à Tbilissi, Angelotti (Tosca de  G. Puccini) à Bombay et Raimondo (Lucia di Lammermoor de G. Donizetti) à Metz. 

 

A partir de 2011, on le retrouve dans le rôle de Kuno (Freischütz de Weber) à l’Opéra de Toulon et de Saint-Etienne, dans les rôles de Constable, Caretaker, Policeman, Dandy (Le Nez, de Chostakovitch) au Festival d’Aix-en-Provence et à l’Opéra de Lyon, du Commandeur (Don Giovanni de W.A Mozart) à Tbilissi et de Timur (Turandot de G. Puccini) à l’Opéra de Bergen. 

 

En 2013, il chante les rôles d’Hérode et du Père de Famille dans l’Enfance du Christ de Berlioz à Avignon et fait ses débuts à l’Opéra Comique et au Corum de Montpellier dans la production du Roi d’Ys de Lalo aux côtés de Sophie Koch. Il est également Omar dans Abu Hassan d’A. Weber au Théâtre d’Herblay et le Commandeur dans Don Giovanni de  Mozart à l'Opéra de Tours et à l'Opéra de Reims.   

 

En 2014 il chantera le Requiem de W. A. Mozart à l’Opéra de Massy sous la direction de Dominique Rouits et le Stabat Mater de  A. Dvorak sous la direction de Carlos Dourthé aux Invalides.

 

Invité pour la première fois à Sanxay

A Sanxay :
Nabucco (Le grand prêtre de Babylone) en 2014

Lianna Haroutounian

soprano

Lianna Haroutounian est considérée comme l’une des sopranos verdienne et puccinienne les plus prometteuses de sa génération. Ses importants moyens de lyrico – spinto lui permettent d’aborder un large répertoire d’opéra, ainsi que la musique sacrée et la musique de chambre.

Née  en Arménie, elle étudie le piano et le chant au Conservatoire National de Komitas à Erevan où elle obtient son diplôme d’études supérieures de chant dans la classe de S.Danelian, puis se perfectionne à Moscou. Admise au Centre de Formation Lyrique de l’Opéra de Paris, elle se perfectionne notamment auprès de Janine Reiss, James Vaughan, Robert Kettelson et participe aux master-classes de Christa Ludwig, Renata Scotto, Luigi Alva, Yvonne Minton et Yevgeny Nesterenko.

Elle est lauréate de plusieurs concours internationaux de chant : « Vincenzo Bellini » à Caltanissetta, « Voci Verdiane » à Busetto, 1er prix et prix spécial Renata Tebaldi au Concours International « Riviera Adriatica » en Italie, prix spécial « Verdi » au Concours International de Chant Jaume Aragall en Espagne et 1er prix au Forum Lyrique Arlésien.

Elle fait ses débuts sur scène dans le rôle de Violetta (La Traviata) au zénith de Lille, puis aborde les rôles  de  Desdemona (Otello) à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille, Amelia (Un Ballo in maschera), Leonora (Il Trovatore) à Marseille.

Plus récemment, on a pu l’entendre dans le Requiem de Verdi à l’Opéra de Saint-Etienne,  dans Faust (Marguerite) à l’opéra de Massy aux côtés d’Alfred Kim (mise en scène de Paul-Emile Fourny), dans Simon Boccanegra (Amelia/Maria), La Bohème (Mimi) et Un Ballo in maschera (Amelia) à l’ Opéra de Tours , spectacles mis en scène par Gilles Bouillon et sous la direction de Jean-Yves Ossonce.

Elle vient de faire des début très remarqués dans les Vêpres Siciliennesde Verdi à l’opéra national d’Athènes  et à l’opéra de Bilbao. Elle a fait, en mai 2013, ses débuts dans Don Carlo (Elisabeth) sur la prestigieuse scène du Covent Garden de Londres et aux côtés de Jonas Kauffman.

A Sanxay :
La Traviata (Violetta) en 2012
Madame Butterfly (Cio-Cio-San (8 et 10 août)) en 2013

site internet : http://www.liannaharoutounian.com

Michele Kalmandi

baryton

Le baryton hongrois Michele Kalmandi débute ses études musicales en Roumanie, puis se perfectionne à Budapest, en Hongrie, auprès de Eugen Sipos, grand spécialiste du répertoire lyrique italien.

A l'âge de 24 ans seulement, il fait ses débuts à l'opéra national de Bucarest dans le rôle de Nabucco. Il devient aussitôt après soliste permanent de l'opéra national hongrois et se spécialise très rapidement dans le répertoire verdien et wagnérien en abordant des rôles tels que : Rigoletto, Nabucco, Il conte di Luna (Il Trovatore), Macbeth, Renato (Un Ballo in Maschera), Amonasro (Aida), Le Hollandais (Le Vaisseau fantôme) et Kurvenal (Tristan et Isolde).

Depuis 1990, Michele Kalmandi mène une carrière internationale en étant invité dans les plus grandes maisons d'opéras et les plus grands festivals : Opéra Giuseppe Verdi à Trieste, Opéra de Rome, Opéra Massimo Bellini à Catane, Opéra San Carlo de Naples, Staatsoper de Prague, Opéra national de Corée, Opéra national de Bordeaux, Scala de Milan, festival de Salzbourg et festival de Savonlinna. Cette carrière l'a conduit à travailler aux côtés des plus grands chefs d'orchestre : Kent Nagano, Adam Fischer, Tamas Vasary, Stefano Vezioli etc.

Outre le répertoire opératique, Michele Kalmandi affectionne particulièrement les récitals et les concerts. Ces derniers l'ont amené à se produire en Angleterre, Suisse, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, en Grèce et au Brésil.

A Sanxay :
Aïda (Amonasro) en 2009

Luca Lombardo

ténor

Luca Lombardo débute ses études de  chant auprès de C. Thiolas à Trévise avant d'être lauréat de plusieurs concours internationaux : Prix Caruso de Milan, Prix Georges Thill, Concours des Voix d'Or, Concours Vinas de Barcelone...

Après avoir chanté dans plusieurs productions comme Lucia di Lammermoor  et Mireille à Rouen, il fait ses débuts internationaux en 1989 dans le rôle de Gabriele (Simon Boccanegra) à l'Opéra des Flandres (avec J. Van Dam), puis chante Cavalleria Rusticana en Australie, à Sydney et à Melbourne. Suivent la saison suivante Simon Bocanegra au Grand Théâtre de Genève, Otello (Cassio) aux côtés de Placido Domingo à l'Opéra de Paris-Bastille et au Wiener Staatsoper, Lodoiska de Cherubini à Glyndebourne, Werther, les Contes d'Hoffmann, Tosca, La Traviata, Roméo et Juliette, Faust, Un ballo in maschera et le rôle-titre de Sigurd à l’opéra de Montpellier.

Depuis une vingtaine d’année, il se produit sur les plus grandes scènes lyriques d’Europe dans des ouvrages aussi nombreux que variés. Citons, entre autres, Der Fliegende Hollander (Steuermann) à l'Opéra de Paris-Bastille, La Vestale, Lodoïska et Otello  (Cassio) à la Scala de Milan (dir.R.Muti),  Luisa Miller (Toronto, Francfort), Carmen (Lyon, Opéra de Paris-Bastille, Rome, Toulon, Hambourg, Hongkong, Tours, Bonn, Sanxay, Catane, Turin, Stade de France) , Les Pêcheurs de perles (Scottish Opera), La Traviata (Liège, Francfort, Munich, Sanxay), Manon (Opéra Bastille), La Bohème au festival de Glyndebourne, en Avignon et à Massy, Werther en concert sous la direction de J.C Casadesus, Mireille, Esclarmonde, La Bohème, Werther, Tosca, Carmen à l’Opéra Comique de Paris ; La Traviata (Francfort, Munich, Tel Aviv, Sanxay), Le Roi d'Ys (Metz), Les Contes d'Hoffmann (Toulon, Trieste, Paris-Bastille), Luisa Miller (Francfort), Macbeth (Nice et Tours), Les Contes d’Hoffmann (Nice),  Le Roi de Lahore et Hérodiade à Saint-Etienne et  Bordeaux, Le Trouvère à Sanxay, Giovanna d’Arco ( Hongkong), Les Vêpres siciliennes (Henri)  à l'Opéra Bastille de Paris.

Parmi ces engagements très récents citons Madame Butterfly et Carmen à La Fenice de Venise, Zarâstra à Saint-Etienne, Carmen à Marseille et Hongkong, Werther (rôle titre) à l’Opéra de Paris-Bastille.

A Sanxay :
Nabucco (Ismaël) en 2014

Didier Lucchesi

direction musicale

Didier Lucchesi a effectué ses études musicales au CNR de Marseille, sa ville natale, où il a obtenu, en 1990, une médaille d'or à l'unanimité en direction d'orchestre. Immédiatement engagé à l'Opéra de Marseille comme assistant à la direction musicale, il a pu pendant trois ans, travailler avec les plus grands noms de la scène lyrique et se forger un vaste répertoire allant de Mozart à Richard Strauss. En 1991, Jacques Karpo lui permet de débuter en lui confiant la direction musicale de l'orchestre de chambre du War requiem de Britten pour la clôture de la saison symphonique marseillaise. Le succès qu'il remporte à cette occasion lui permet de diriger l'année suivante La Petite Messe solennelle de Rossini au Festival d'Aix-en-Provence.

A partir de 1993, il collabore régulièrement avec la compagnie Opéra-Eclaté et dirige, en France et à l'étranger, plus de 200 représentations d'opéras et d'opérettes (L'Italienne à Alger, CarmenNabuccoLa TraviataLa Flûte EnchantéeLa Grande Duchesse de Gérolstein, etc.), ainsi que de nombreux concerts symphoniques.

Depuis quelques années, il a été régulièrement invité à l'Opéra de Dijon, où il a notamment dirigé le Requiem de Verdi, La TraviataAïdaTurandot, Anna Bolena et Tosca.

Il a remporté en juin 2005, le premier prix du concours international de direction d'orchestre de Cluj-Napoca en Roumanie. Depuis, il est régulièrement invité à l'Opéra national de Cluj, où il a dirigé, entre autres, La Cenerentola et Le Barbier de Séville de Rossini ainsi que Bankban de Erkel.

A Sanxay :
La Traviata (Direction musicale) en 2012
Carmen (Direction musicale) en 2011
Norma (Direction musicale) en 2010
Aïda (Direction musicale) en 2009
Madame Butterfly (Direction musicale) en 2013

Aline Martin

mezzo-soprano

En 2011-12, on peut notamment entendre Aline Martin aux Soirées Lyriques de Sanxay dans Traviata (rôle de Annina). Par la suite, elle fera ses débuts à l'Opéra de Paris en 2012-13, et se produira à l'Opéra National du Rhin pour La Flûte Enchantée (rôle de la 2ème Dame) et La Petite Renarde Rusée (rôle de Lapak le Chien).

Née dans les Vosges, Aline Martin débute sa formation musicale à l'âge de six ans. Elle intègre à 19 ans le CNR de Nancy pour étudier la technique vocale avec Arcady Volodos. Elle y reçoit, en 2003, un premier prix de chant à l'unanimité "médaille d'or". Elle est soliste du CNIPAL pour la saison 2006-2007 et y participe aux master-classes d’Yvonne Minton, Mady Mesplé et Tom Krause. En 2007, elle remporte le 2ème prix du concours international de Canari en Corse, présidé par Gabriel Bacquier. Elle bénéficie aujourd'hui des conseils de Nadine Denize et Alain Fondary.

Elle fait ses débuts sur scène en 2003 comme soliste dans le Requiem de Mozart, (Nancy Folies) et dans le Stabat Mater de Pergolèse (Rencontres Musicales de Lorraine), et se produit à l'Arsenal de Metz. Elle chante également, aux côtés d'artistes de la Scala de Milan, au Festival de Bourges. Par la suite, elle intègre l'Opéra Studio "Les Jeunes Voix du Rhin", où elle participe notamment aux master-classes de Françoise Pollet et Dietfried Bernet et se produit sous la direction de metteurs en scène tels que Christian Erickson, Elsa Rooke et Mathew Jocelyn. Au cours de cette période, elle est Dorabella dans Cosi des Petits, une version pour enfants de Cosi fan tutte de Mozart, à l'Opéra National du Rhin (production difusée sur France Musique) et interprète à Colmar, Strasbourg et au Téâtre de l'Athénée à Paris, le rôle de Mercedes dans La Carmencita, une version de chambre de Carmen de Bizet.

Elle interprète ensuite Giovanna (Rigoletto de Verdi) à l'Opéra de Marseille et à l'Opéra National de Lorraine; Stephano, dans Roméo et Juliette de Gounod (extraits) sur la scène des Opéras de Marseille et Avignon; Ancella 2 dans Medea de Cherubini à l'Opéra National de Lorraine; Annina dans La Traviata à Marmande et à Mérignac; Carmela dans La Vida Breve de de Falla et Gertrude dans Roméo et Juliette de Gounod à l'Opéra de St-Etienne. L'Orchestre des Concerts Pasdeloup lui confie également, lors d'un concert promenade, le rôle de Metella dans La Vie Parisienne. Aline Martin participe aussi régulièrement depuis 2008 au Festival des Nuits d'été de Corté (Nuit Offenbach, Nuit Puccini, Nuit de l'Opéra). Elle est également Taline, dans l'oratorio Naissance de David Sassoun, de Garbis Aprikian, à l'invitation du Festival de Musique Sacrée de Marseille dans le cadre de l'année de l'Arménie.

Aline Martin participe à un spectacle à l'Opéra de Toulon, consacré à la Comédie Musicale Américaine (mise en scène de Yves Coudray) et aux soirées de promotion des Solistes du CNIPAL, retransmises sur Radio Classique depuis la salle de concert d'EMI à Paris. Elle se produit en récital à l'Opéra National de Bordeaux, à la Maison de Radio-France, aux Musée des Beaux-Arts de Nancy (programme Berlioz) et donne aux Foyers des Opéras de Marseille et Avignon un programme consacré au répertoire russe et français. Eclectique, elle s'intéresse également au jazz et chante dans le Jazz Big Band de l'Institut de Musicologie de la Faculté de Nancy II, avec lequel elle enregistre un CD composé des plus célèbres standards de jazz.

Récemment, après avoir chanté en duo avec José Cura lors du concert de clôture de sa master class à l'Opéra National de Lorraine, avoir été Pastuchyna dans Jenufa de Janacek à l'Opéra de Rouen, retrouvé le rôle de Mercedes dans Carmen aux Soirées Lyriques de Sanxay, Aline Martin s'est produite dans le Requiem de Mozart en la cathédrale de Saint-Dié, et en récital, pour un programme mêlant les Wesendonk Lieder de Wagner, des mélodies de Chopin et trois des Nuits d'été de Berlioz.

A Sanxay :
La Traviata (Annina) en 2012
Carmen (Mercédès) en 2011

Sorina Munteanu

soprano

Sorina Munteanu est l’une des plus fameuses sopranos roumaines actuelles. Elle a débuté sa carrière de soliste au début des années 2000, tout d’abord comme soliste principale de l’opéra de Timisoara, puis en devenant première soprano de l’opéra national de Bucarest. Elle s’est spécialisée ces dernières années dans les rôles de soprano dramatique et de lyrico spinto, en abordant des rôles tels que Abigaïle (Nabucco), Lady Macbeth (Macbeth), Turandot (Turandot), Aïda (Aïda), Norma (Norma), Santuzza (Cavaleria Rusticana) etc. Elle a interprété le rôle d’Aïda un peu partout dans le monde : Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Espagne. On vient de l’entendre tout dernièrement à l’opéra d’Essen dans Turandot (rôle titre) ainsi qu’au Staatsoper de Francfort (Nabucco/Abigaïle) où elle a remporté un grand succès personnel.

A Sanxay :
Norma (Norma) en 2010

Ronan Nedelec

baryton/basse

Ronan Nédélec étudie le chant au CNSM de Paris dans les classes de Rachel Yakar et Peggy Bouveret et obtient son diplôme en 2000. Il se perfectionne auprès de Ruben Lifschitz pour le Lied et la mélodie.

Il se produit alors rapidement sur scène, notamment dans Samson (Haendel) au Festival d’Ambronay, puis dans des œuvres telles que Don Giovanni, La Flûte enchantée, Carmen, Les Brigands (Offenbach), Werther, Faust, Madame Butterfly, La Bohême ou encore L’enfant et les sortilèges dans les opéras de Tours, Rennes, Lille, Montpellier, Caen, Limoges, l’Opéra-Comique et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Festival Radio-France…

Il est invité dans de nombreux festivals en France et à l’étranger, et compte plusieurs enregistrements.

En 2002, il est le Garde-chasse dans La petite renarde rusée (Janacek) au Festival d’Aix-en-Provence, où il est de nouveau convié, ainsi qu’à Luxembourg et Vienne, pour Les tréteaux de Maître Pierre (Falla) et Renard (Stravinsky) avec Pierre Boulez et Klaus Michael Grüber.

Il crée ensuite le rôle-titre du Luthier de Venise de Gualtiero Dazzi au Théâtre du Châtelet et chante Zurga dans Les Pêcheurs de perles à Tours.

On peut l’entendre sur scène et en concert dans un très vaste répertoire sous la direction de chefs renommés comme John Nelson, Jean-Claude Casadesus, Alain Altinoglu, Jean-Yves Ossonce, Mikko Franck, Susanna Mälkki, Ton Koopman, Hervé Niquet, Gérard Lesne, Reinhard Goebel, Christopher Hogwood…

Plus récemment, il s’est produit dans Otello (Verdi) à Reims, Neues vom Tage (Hindemith) à Dijon, Le Téléphone/Amelia al ballo (Menotti), Dialogues des Carmélites, Tosca, Fidelio et Faust à Tours.

Ronan Nédélec vient de faire ses débuts à la Scala de Milan dans Roméo et Juliette avec Yannick Nézet-Séguin et Bartlett Sher.

Parmi ses projets, citons Orfeo (Apollon) de Monteverdi à Versailles, et Fairy Queen de Purcell à Lyon avec Sébastien d’Hérin et « Les Nouveaux Caractères », la Bohème à Tours…

A Sanxay :
La Traviata (Marquis d’Obigny) en 2012

Anna Pirozzi

soprano

Originaire de Naples, Anna Pirozzi a fait ses études vocales auprès de la soprano Silvana Moyso au Conservatoire Giuseppe Verdi de Turin et au Conservatoire de Vienne en Autriche où elle a suivi, entre autres, les master classes de Mirella Freni, Luciana d'Intino et Rockwell Blake. Elle a remporté le premier prix du prestigieux concours «Mattia Battistini» à Rieti en Italie.

Durant la saison  2012/2013, elle fait ses débuts dans les rôles de Léonore du Trouvère et de Lady Macbeth à l’Opéra de Bologne, rôle qu’elle rechantera la même saison à l’Opéra de Sao Paulo (Brésil) puis au Théâtre lyrique de Cagliari. Elle reprendra ensuite le rôle d’Abigaille (Nabucco) à Beijing, à Bologne et à Palerme, et fera ses débuts dans le rôle d’Amélia (Un Ballo in Maschera) au Théâtre Royal de Turin et au Théâtre Royal de Parme. En juillet 2013, elle fait ses débuts à l’Opéra National de Rome dans le rôle de Santuzza (Cavalleria Rusticana).

La fin de l’été 2013 marque un tournant décisif dans sa carrière en faisant des débuts très remarqués au festival de Salzbourg dans le rôle d’Abigaille de Nabucco sous la direction musicale de Riccardo Muti, qui lui propose aussitôt de débuter, à ses côtés, le rôle d’Elvira (Ernani de Verdi) à l’Opéra de Rome en décembre 2013. En février 2014, elle rechante à nouveau dans une production de Nabucco (aux côtés de Leo Nucci) pour le festival du Mai Florentin en Italie avant de débuter le rôle de Magdalena d’André Chénier en Allemagne.

Parmi ces futurs  engagements citons Nabucco au Staatstheater de Stuttgart, Norma et Nabucco à l’Opéra National de Beijing, Don Carlos à l’Opera de Sidney en Australie.   

 

Invitée pour la première fois à Sanxay 

A Sanxay :
Nabucco (Abigaille) en 2014

Mario Pontiggia

mise en scène

Mario Pontiggia est né à Las Flores en Argentine. Il fait ses études à Buenos Aires, où il obtient des diplômes d’architecture (Université de Belgrano) et de mise en scène (Institut Supérieur d’Art du Teatro Colón). En 1990, ce théâtre lui accorde une bourse d’études afin de se perfectionner en Europe aux côtés de Pier Luigi Pizzi. Il collabore avec l’Opéra de Monte-Carlo de 1994 à 2004. Il est, depuis 2003, Directeur artistique de l’Opéra de Las Palmas. Mario Pontiggia a réalisé pour le Teatro Colón et d’autres scènes lyriques de Buenos-Aires : Die Fledermaus, Hänsel und Gretel, la création mondiale d’Escorial (Perusso), La Serva Padrona, Mozart et Salieri (première présentation en Amérique du Sud), Didon et Enée, La Clémence de Titus, Boris Godounov (première représentation en Amérique du Sud de la version originale) et Elektra (prix ACE 2007 de la critique pour la meilleure mise en scène de la saison). Parmi ses productions : L’Incoronazione di Poppea et Il Ritorno d’Ulisse in patria (Monteverdi), Aci, Galatea e Polifemo et Giulio Cesare (Händel), La Grotta di Trofonio (Salieri), Die Entführung aus dem Serail et Die Zauberflöte (Mozart), L’Italiana in Algeri (Rossini), Norma et I Capuleti e I Montecchi (Bellini), L’Elixir d’amour et Roberto Devereux (Donizetti), I Due Foscari, Attila, Macbeth, I Masnadieri, Rigoletto, La Traviata, Un Ballo in maschera, Simon Boccanegra et Otello (Verdi), Tristan et Isolde (Wagner), Die Fledermaus (J.Strauss), Les Pêcheurs de perles et Carmen (Bizet), Les Contes d’Hoffmann (Offenbach), La Navarraise et Thaïs (Massenet), Cavalleri Rusticana (Mascagni), Pagliacci (Leoncavallo), La Bohème, Tosca, Madame Butterfly, La Rondine et Turandot (Puccini), Elektra et Arianne à Naxos (Strauss),  Eine Florentinische Tragödie (Zemlinsky), The Rake’s Progress (Stravinsky) et La Voix Humaine (Poulenc).

  En tant que metteur en scène, il est l’invité régulier de scènes lyriques internationales telles que : Tokyo, Osaka, Nagoya, Buenos Aires, Palerme, Modène, Reggio Emilia, Ferrare, Taormina, Cagliari, Capitole de Toulouse, Oviedo, La Coruña, Las Palmas, Monte-Carlo (où il réalise aussi la scène du triomphe d'Aida pour l’inauguration du Grimaldi Forum à l’occasion de la Fête Nationale Monégasque 2000),  Zürich et Mai Musical de Florence.

A Sanxay :
Madame Butterfly (Mise en scène/Eclairages) en 2013

Stefan Pop

ténor

Né à Bistrita (Roumanie), Stefan Pop a suivi des études vocales à l’Académie de Musique “Gheorghe Dima” à Cluj-Napoca.

Ces dernières années, il a remporté le premier prix de nombreux concours internationaux d’art lyrique : le prix “Sigismund Toduta” (2007), “Hariclea Darclée” (2007), “Martian Negrea” (2008), “Ion Perlea” et “Sabin Dragoi” (2009), le premier prix du concours international de musique de Séoul (2010), le premier prix et le prix du public du fameux concours « Placido Domingo  » Operalia à la Scala de Milan (2010) et à l’âge exceptionnel de 22 ans.

Ce très jeune artiste a fait ses débuts sur scène lors de la saison 2008-09. D’abord dans le rôle de Paolino dans Il matrimonio segreto à l’Opéra de Cluj-Napoca et dans le rôle de Nemorino dans L’elisir d’amore à l’Opéra national de Timisoara.

C’est en décembre 2009 que Stefan Pop fait ses débuts internationaux .Il interprète le rôle d’Alfredo dans La Traviata à l’opéra de Rome (dans une mise en scène de Franco Zeffirelli), puis à l’opéra national d’Athènes, au Staatsoper de Vienne, à l’opéra de Trieste (aux côtés de Mariella Devia), à l’opéra national de Hambourg (aux côtés d’Edita Gruberova), à l’opéra de Francfort et de Tel Aviv.

En 2010, il interprète le rôle de Nemorino dans L’Elisir d’amor à l’opéra de Trieste et à l’opéra national de Hambourg.

En 2011, il fait ses débuts dans le rôle d’Elvino dans La Sonnambula au Staatsoper de Vienne, dans le rôle de Cassio dans Otello à l’opéra de Zurich, ainsi que dans le rôle du Duc de Mantoue dans Rigoletto à l’opéra national de Tokyo aux côtés de Placido Domingo.

Parmi ses futurs engagements, citons Nemorino dans L’Elisir d’amor à l’opéra de Lausanne (2012), le Duc de Mantoue dans Rigoletto à la Scala de Milan (2012), au théâtre de la Monnaie (2014) et au Staatsoper de Hambourg (2014), Alfredo dans La Traviata au Staatsoper de Hambourg (2013).

A Sanxay :
La Traviata (Alfredo Germont) en 2012

Kosma Ranuer

baryton

Kosma Ranuer fait ses études de chant à l’université de Stockholm. En 2007, il est finaliste du fameux concours international du Belvédère à Vienne. Il débute alors sa carrière en interprétant le rôle de Paolo Albiani dans Simon Bocanegra à l’opéra de Francfort puis à Wiesbaden, Schaunard dans La Bohème à Göteborg, Michele dans Il Tabarro  et Gianni Schicchi (rôle titre) au festival de Riga. Au cours du printemps 2011, il fait ses débuts dans le rôle de Iago (Otello) à l’opéra de Noorlands, interprétation qui lui vaut d’être désigné par le magazine allemand « Opernwelt »comme meilleur artiste lyrique de l’année 2011. Tout dernièrement, il vient d’interpréter les rôles de Scarpia (Tosca) à l’opéra de Malmö, Axel Oxenstierna (Cristina, regina di Svezia) en tournée dans toute l’Europe et le Hollandais (Le Vaisseau fantôme) à l’opéra de Stockholm.

A Sanxay :
Madame Butterfly (Sharpless) en 2013

Sae Kyung Rim

soprano

à venir

A Sanxay :
Madame Butterfly (Cio-Cio-San (12 août)) en 2013

Paul Rosner

ténor

Paul Rosner est un spécialiste des rôles de ténor de caractère. Il se produit régulièrement depuis 15 ans sur les scènes lyriques suivantes : Théâtre du Châtelet, opéras de Limoges, Toulon, Metz, Marseille, Dijon etc… Ses derniers engagements : Madame Butterfly et Rigoletto à Metz, Les Brigands et Tosca à Limoges.

A Sanxay :
Carmen (Le Remendado) en 2011
Norma (Flavio) en 2010
Aïda (Le Messager) en 2009

Carlos Ruiz

chorégraphe

Carlos Ruiz commence sa formation de danseur au Conservatoire de Valence (Espagne) en 1997  où il étudie pendant six  années le flamenco et  la danse classique espagnole.

Il complète ensuite ses connaissances en France, au Conservatoire de Strasbourg, où il étudie la danse classique, le modern'jazz et  la danse contemporaine puis se perfectionne à Madrid, entre 2004 et 2008, auprès de danseurs tels que Miguel Cañas, Manuel Liñan, Isabel Bayon, Rafael Campallo et Antonio Najarro.

Dès 2005, il est invité à danser en Allemagne et entame alors, comme danseur, une carrière internationale, en participant à divers spectacles et productions lyriques : Carmen au festival de Saint-Margarethen à Vienne en Autriche, ainsi que pour une autre production produite par Franco Zeffirelli en tournée en Italie. Dans le même temps, il intègre également, en tant que danseur de flamenco, plusieurs compagnies prestigieuses dont la Compagnie de Bélen Lopez, de Rafael Aguilar et de Jose Luis Moreno par exemple. C’est dans le cadre de ces compagnies qu’il est amené à se produire dans de nombreux spectacles : Atrapados por el Arte au théâtre Metropol de Tarragona et au théâtre de Madrid, Antologia de la danza española au théâtre La Latina de Madrid, le Bolero de Ravel à Taiwan et au Quatar…

Désireux de poursuivre son travail de transmission du Baile Flamenco, il collabore, depuis un an, avec l’Association Lib’Arte, pour laquelle il anime régulièrement des stages à Paris et donne des cours réguliers.

En tant que chorégraphe, il vient de créer son premier spectacle El Desvan, en novembre 2010.

 

A Sanxay :
Carmen (Chorégraphie) en 2011

Antoine Selva

mise en scène/éclairages

Parallèlement à ses études générales classiques, Antoine Selva apprend le piano, le solfège et les arts décoratifs. Il entre au Conservatoire de Toulouse (classe d'art dramatique), puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient un premier prix de chant en 1964 et un premier prix d'art lyrique en 1965.

Il aborde ensuite un vaste répertoire de baryton à l'Opéra royal de Liège. A partir de 1971, il choisit une carrière itinérante et se produit, comme chanteur, dans de nombreux théâtres en France et à l'étranger. Il passe ensuite à la réalisation. C'est ainsi qu'il devient directeur de la scène de la Maison de la Culture de Saint-Etienne en 1974, avant de prendre la direction des ateliers de décors et de costumes de l'Opéra d'Avignon.

Depuis 1976, Antoine Selva a mis en scène et créé les scénographies de plus de 70 productions en France (Chorégies d'Orange, Festival d'Avignon, opéras de Metz, Rouen, Tours, Marseille, Toulon, Limoges, Avignon, Bordeaux), en Allemagne, en Belgique, en Espagne, au Canada et aux Etats Unis.

A Sanxay :
Aïda (Mise en scène/Scénographie/Eclairages) en 2009

Florian Sempey

baryton

Florian Sempey débute ses études musicales avec l'apprentissage du piano puis vient au chant en entrant dans la classe de Françoise Detchnenique au conservatoire de Libourne tout en y poursuivant le piano avec Alain Perez. Trois ans plus tard, il quitte Libourne avec son diplôme de fin de cycle et une place de finaliste au concours de chant lyrique des Amis du Grand Théâtre de Bordeaux. En 2007, il intègre le conservatoire  de Bordeaux dans la classe de Maryse Castets. Il participera, à cette occasion, à de nombreux projets et masters class (François Leroux, Roland Mancini, Sophie Landy, Michel Laplénie...).

Il remporte l'année suivante le premier prix Opéra ainsi que le prix du public du concours de chant des amis du Grand Théatre Opéra national de Bordeaux. Il sera également par la suite finaliste du concours S’sentiels de Nantes en 2009 et demi-finaliste du Concours international de l’Opéra de Marseille sous la présidence de Rolando Villazón. En 2011, il intègre le Centre de Formation pour jeunes artistes lyriques de l’opéra de Paris.

Il fait ses débuts sur la scène de l'Opéra de Bordeaux en janvier 2010 dans le rôle de Papageno, et quelques mois plus tard dans le rôle de Moralès (Carmen).  Il y reviendra ensuite régulièrement : pour un récital avec la pianiste Martine Marcuz, pour interpréter Yamadori dans Madame Butterfly ou encore en tant que soliste dans Carmina Burana.

Tout dernièrement, on a pu l’entendre dans le rôle de Figaro (Le Barbier de Séville) à Bordeaux et Saint-Etienne, Marullo (Rigoletto) à l’opéra national de Paris, Enée (Didon et Enée) à Compiègne et Bordeaux.

Il a été nominé dans la catégorie « révélations lyriques » de l’édition 2013 des victoires de la musique. Le public bordelais le retrouvera très prochainement à l’opéra de Bordeaux pour une reprise de la Flûte enchantée (rôle de Papageno).

A Sanxay :
La Traviata (Le Baron Douphol) en 2012
Carmen (Morales) en 2011
Madame Butterfly (Le Prince Yamadori) en 2013

Wojtek Smilek

basse

Wojtek Smilek a fait ses études de chant à l’Académie musicale de Cracovie, sa ville natale. En 1992, il remporte le premier prix du concours Vincenzo Bellini en Sicile et est invité alors sur les plus grandes scènes lyriques : Staatsoper de Vienne, opéra de Genève, opéra national de Paris, opéra royal de Wallonie, festival de Radio France, chorégies d’Orange, opéra de Las Palmas, opéra de Monte-Carlo etc. Le rôle d’Oroveso (Norma) lui est très familier. Il l’a interprété récemment sur les scènes lyriques de Marseille, Avignon, Saint-Etienne, Monte-Carlo et en février dernier au théâtre du Châtelet à Paris. Parmi ses derniers grands engagements citons Tosca (Angelotti) et La Bohème (Colline) à l’opéra Bastille, Norma (Oroveso) et Falstaff à l’opéra de Monte-Carlo, Aïda à l’opéra de Marseille et Tosca aux Chorégies d’Orange.

A Sanxay :
Norma (Oroveso) en 2010

Balint Szabo

basse

Né en Roumanie, Balint Szabo termine ses études musicales en 1997 et perfectionne ensuite sa technique vocale à New-York et à Tel Aviv. Il remporte le premier prix du concours international de chant à Budapest en 1998. Invité permanent de l'Opéra national de Budapest, il participe alors à de nombreuses tournées en Italie, Suisse, Allemagne, Belgique, Espagne, France, Hongrie, Thaïlande et aux Etats-Unis.

En 2003, il est invité à l'Opéra de Tel Aviv pour Nabucco (Zaccaria) et à l'Opéra de Hambourg pour Don Carlo (Philippe II) et Rigoletto (Sparafucile).

Depuis 2005, il est soliste permanent à l'Opéra de Francfort, où il a interprété de très nombreux rôles : Mephisto (Faust), Fiesco (Simon Boccanegra), Colline (La Bohème), Raimondo (Lucia di Lammermoor), Oroveso (Norma), Philippe II (Don Carlo), Nourabad (Les Pêcheurs de perles), etc. Parallèlement, il est également invité à se produire sur les plus grandes scènes internationales : Capitole de Toulouse, Opéra de Monte-Carlo, Opéra de Santiago du Chili, Opéra national d'Athènes et Opéra d'Amsterdam.

Plus récemment, on a pu l’entendre dans La Donna del lago au grand théâtre de Genève, les Vêpres siciliennes à l'Opéra d'Amsterdam, Norma à l'Opéra national d'Athènes, Don Carlo à l'Opéra Bastille et à Francfort, La Flûte enchantée à Strasbourg et à Nice.

A Sanxay :
Aïda (Ramfis) en 2009
Madame Butterfly (L’oncle Bonze) en 2013

Agostino Taboga

mise en scène

à venir...

A Sanxay :
Nabucco (Mise en scène) en 2014

Sarah Vaysset

soprano

Après un premier prix de chant lyrique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Sarah Vaysset poursuit ses études au Centre de Formation Lyrique de L’Opéra National de Paris. A partir de 1999, elle se produit sur les plus grandes scènes lyriques françaises : opéras de Paris, Bordeaux, Avignon, Toulon, Metz, Chorégies d’Orange, festival des Nuits romantiques du Lac du Bourget etc… En ce qui concerne ses interprétations scéniques, citons, entre autres, les rôles de Pamina (La Flûte Enchantée), Mélisande (Pelleas et Mélisande, production du Musée d’Orsay en tournée en Turquie et en Syrie), Adina (L’Elixir d’amour), Norina (Don Pasquale), Despina (Cosi Fan Tutte), Zerlina (Don Giovanni), Oscar (Un Ballo in maschera), Juliette (Roméo et Juliette de Gounod), Gabrielle (La Vie Parisienne). Outre ce répertoire opératique, Sarah Vaysset se produit aussi régulièrement en récital. Elle vient d’ailleurs, très récemment, de se produire au Musée d’Orsay autour du thème « voyage et exotisme », récital retransmis sur France Musiques.

Sarah Vaysset a fait ses débuts à La Scala de Milan, dans Carmen (Frasquita) en 2004, sous la direction de Michel Plasson.

A Sanxay :
La Traviata (Flora) en 2012
Carmen (Frasquita) en 2011
Aïda (La Grande Prêtresse) en 2009
Madame Butterfly (Kate Pinkerton) en 2013
Nabucco (Anna) en 2014

Alexander Vinogradov

basse

De nationalité russe, Alexander Vinogradov débute  ses études musicales à l’âge de 7 ans par l’étude de la clarinette et du piano. En 1995, il  commence ses études de chant au Conservatoire de musique de Moscou et est engagé, dès l’année suivante, à l’opéra du Bolshoï  pour le rôle d’Oroveso (Norma). Il n’a alors que 21 ans… Très vite, il devient l’invité régulier des plus grandes scènes internationales : Le Deutsche Oper et le Staatsoper de Berlin, le Covent Garden de Londres, l’Opéra National de Washington, l’Opéra National de Paris, le théâtre du Châtelet, l’Opéra Royal de Madrid, la Scala de Milan, les arènes de Vérone, l’Opéra National de Tokyo, etc…

Son répertoire comprend, entre autres, les rôles de Figaro (Les Noces de Figaro), Basilio (Le Barbier de Séville), Sarastro (La Flûte Enchantée), Banquo (Macbeth), Leporello (Don Giovanni), Timur (Turandot), Oroveso (Norma), Mephistopheles (Faust) et bien sûr Escamillo (Carmen) qu’il a déjà interprété sur les plus grandes scènes (arène de Vérone, Tokyo, Washington, Berlin) et en novembre 2010 à la Scala de Milan.

Parallèlement à ses engagements à l’opéra, Alexander Vinogradov mène une carrière de mélodiste extrêmement importante. A ce titre, il est invité à se produire régulièrement sur les scènes de Moscou, Saint-Petersbourg, Dresden et Berlin.

Il continue actuellement à se perfectionner auprès de son professeur Svetlana Nesterenko.

A Sanxay :
Carmen (Escamillo) en 2011

Stefano Visconti

chef de chœur

Stefano Visconti est né à Livorno (Italie). Il étudie d’abord le piano dans cette ville avant de se perfectionner avec Antonio Bacchelli et Constantin Bogino. De 1983 à1986, il étudie la direction de chœurs avec Fosco Corti (directeur du chœur de chambre de la RAI) pour ce qui est du répertoire renaissance et baroque, puis avec Roberto Gabbiani (chef de chœur à la Scala de Milan) pour les répertoires lyrique, romantique et contemporain. Depuis 1991, il est directeur artistique du groupe polyphonique « Guido Monaco » de Livorno, ensemble qui a, sous sa direction, remporté plusieurs prix nationaux (concours de Vittorio Veneto, Arezzo et Florence).

Parallèlement à son activité de directeur artistique, il est, à partir de 1991, le chef de chœur du théâtre de Livorno où il commence à diriger les chœurs du répertoire lyrique : L’Amico Fritz, Tosca, I Pagliacci, Orphée et Eurydice, Les Contes d’Hoffmann… En 1999, il devient également chef de chœur du festival « Puccini » à Torre del Lago et est amené à diriger les ouvrages suivants : Turandot, La Bohème, Madame Butterfly, Tosca… Ces dernières années, Stefano Visconti a également assuré la direction d’orchestre de certains ouvrages du répertoire sacré de compositeurs comme Haydn, Corelli, Vivaldi et Mozart mais aussi d’un compositeur moins connu, Gambini, auquel il consacrera d’ailleurs plusieurs mois de recherche musicologique aux archives musicales de Paris, Bruxelles et Berlin. Stefano Visconti a assuré la direction des chœurs de l’Opéra–théâtre d’Avignon de 2001 à 2006 avant d’être nommé en 2007, chef de chœur permanent à l’opéra de Monte-Carlo. Sa discographie comprend plusieurs enregistrements chez Foné, Agora et Kicco Classic.

A Sanxay :
La Traviata (Chef des choeurs) en 2012
Carmen (Chef des choeurs) en 2011
Norma (Chef de choeur) en 2010
Aïda (Chef de choeur) en 2009
Madame Butterfly (Chef de choeur) en 2013
Nabucco (Chef de choeur) en 2014

Malgorzata Walewska

mezzo-soprano

De nationalité polonaise, Malgorzata Walewska débute ses études de chant au Conservatoire national de Warsovie où elle obtient son diplôme de fin d'étude. Très rapidement, elle devient lauréate des plus prestigieux concours internationaux : premier prix au concours "Alfredo Kraus" à Las Palmas, premier prix au concours Luciano Pavarotti à Philadelphie, deuxième prix au concours Meniuszko à Warsovie.

En 1991 commence alors pour elle une carrière internationale. Tout d'abord engagée à l'opéra national de Warsovie, elle est peu de temps après invitée par le Staatsoper de Vienne où elle y interprète plusieurs rôles : Carmen (Carmen), Maddalena (Rigoletto), Olga (Eugène Onégine) et Pierotto (Linda Di Chamonix). A partir de 1993, elle est invitée à se produire sur les plus grandes scènes lyriques européennes : Opéras de Rome, Berlin, Dresden, Helsinki, Luxembourg, Las Palmas, Athènes, et Bruxelles où elle y interprète les rôles suivants : Santuzza (Cavalleria Rusticana), Charlotte (Werther), Ulrica (Un Ballo in maschera), Judith (Le Château de Barbe-Bleue), Fenena (Nabucco), Jocasta (Oedipus Rex), Carmen, La Cieca (La Gioconda) et Miss Quickly (Falstaff).

En 2005, Malgorzata Walewska fait ses débuts au Metropolitan Opera de New-York. Tout d'abord dans le rôle de Dalila (Samson et Dalila) aux côtés de José Cura, puis dans le rôle d'Amneris (Aida) et Santuzza (Cavalleria Rusticana).

Lors de ces dernières saisons, elle s'est produite à plusieurs reprises sur la scène du prestigieux festival de Savonlinna (Carmen et Cavalleria Rusticana), à l'Opéra National de Tokyo (Don Carlo), à l'Opéra National de Warsovie (Aida et Don Carlo), à l'Opéra de Baltimore (Nabucco) et plus récemment à l'Opéra Royal de Madrid (Un Ballo in Maschera), à l'Opéra de Seattle (Le Château de Barbe-Bleue), au Covent Garden de Londres (IL Trovatore aux côtés de Roberto Alagna).

Outre le répertoire opératique, Malgorzata Walewska consacre également une partie importante de sa carrière aux concerts lyriques. Dans ce domaine, elle a déjà interprété les œuvres suivantes : Requiem de Verdi, Stabat Mater de Rossini, Te Deum de Bruckner, deuxième et troisième symphonie de Malher, neuvième symphonie de Beethoven.

Derniers grands engagements : 
Il Trovatore (Covent Garden-Londres), Le Château de Barbe-Bleue (Opéra de Seattle), Un Ballo in Maschera (Opéra Royal de Madrid), Sansom et Dalila (Metropolitan Opera-New-York)

Prochains grands engagements :              
Il Trovatore (Opera de San Francisco), Aida (Opera de Seattle), Adianna Lecouvreur (Covent Garden), Sansom et Dalila (Deutschoper-Berlin)

A Sanxay :
Aïda (Amnéris) en 2009

site internet : http://www.walewska.net

Xin Wang

ténor

Né en 1979 à Shan Dong en Chine, Xin Wang effectue des études de chant au Conservatoire Central de Musique de Chine. À partir de 2004, il se perfectionne avec la soprano Qiuli Wang. En 2005, il participe à la master-class de Carlo Bergonzi. Il remporte le premier prix au concours mondial de Taipei pour chanteurs chinois, ainsi que le prix de la Fondation Mascagni. En 2006, il se produit en récital à Chengdu et à Beijing. Il interprète le rôle de Tamino dans La Flûte enchantée avec l’Orchestre Philharmonique de Chine, l’Orchestre Symphonique de Guangzhou et l’Orchestre Symphonique de Shangaï. La même année, il obtient une bourse du gouvernement français pour venir se perfectionner en France. Il présente alors le concours d’entrée au CNIPAL où il est pensionnaire pendant la saison 2007-2008. Il suit les cours avec d’éminents professeurs, tels que Charles Burles, Mady Mesplé et Tom Krause. Il intègre l’Opéra Studio de l’Opéra National du Rhin en septembre 2008 pour les saisons 2008-2009 et 2009-2010. En juin 2009, il remporte le premier prix et le prix du public du Concours International d’Art Lyrique du Festival de musique de Strasbourg. Il a interprété les rôles de Tybalt (Roméo et Juliette), Noctambule (Louise), Aladin (Aladin et la Lampe Merveilleuse), Scaramouche (Arianne auf Naxos), Paolino (Il Matrimonio Segreto) et participa à Carmina Burana de Carl Orff.

En 2010, il remporte le deuxième prix du «China internantional singing Competition». La saison dernière, Xin Wang a joué Brighella (Arianne auf Naxos) et Achille (La Belle Hélène) à l’Opéra National de Bordeaux. Il s’est produit dans le rôle de Malcom (Macbeth) à Bordeaux, dans le rôle de Prunier (La Rondine) à Nancy et de Yamadori dans Madame Butterfly à l’Opéra de Toulon. Depuis septembre 2012, il fait partie de la Compagnie des jeunes chanteurs de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie. Dans ce cadre, il interprètera durant la saison 2012-2013 le rôle du Remendado dans Carmen, de Belmonte dans L’Enlèvement au Sérail et Jaquino dans Fidelio.

A Sanxay :
Madame Butterfly (Goro) en 2013
Nabucco (Abdallo) en 2014

Suivre S'abonner Voir les vidéos
Mentions légales